Formation Hypnose

Cabinet public

  • Initiateur de la discussion Arobaz
  • Date de début
L

laurenzo

Membre
messages
1 638
Points
4 480
Métaphore à dit:
Oui c'est que beaucoup de patients qui ont expérimenté l'EMDR consulte souvent après des thérapeutes avec des techniques différentes et ont des résultats plus probants sur du long terme...

Avez-vous des données sur ce point? Ca me semble plus être une opinion perso qu'une vérité absolue. Valikor qui travaille en EMDR vous dira autre chose, le professeur en psychologie encore autre chose peut-être, nous sommes dans les convictions personnelles, chacun considérant que son expérience fait foi. Typiquement, sur quoi appuyez-vous que des thérapeutes avec des techniques différentes obtiennent des résultats plus probants sur le long terme?

Métaphore à dit:
Mais bon sur ce, je ne continuerais pas cette polémique, j'ai mes convictions avec à l'appui des feed-back sur ce que je dis...

L'idéal serait aussi de considérer des feed-back qui n'iraient pas le sens de vos croyances. Un professeur en psychologie par exemple, ça semble plutôt sérieux, un directeur de recherches aussi. Ca me paraît donc difficile de considérer qu'il y a une vérité là-dedans, plutôt des théories, des croyances, des convictions parfois appuyées par des études.

Métaphore à dit:
Excusez moi Laurenzo, mais la tentation est trop forte... vous devriez peut être expérimenter un thérapeute d'hypnose intégrative, peut être que vous serez surpris du résultat ?... Rolling Eyes

Pourquoi pas même si je dois reconnaître que pour le moment je ne suis pas forcément épaté par ce que vous en dites. :oops:
 
M

Métaphore

Invité
C'est pas grave Laurenzo, je ne cherche en rien à vous convaincre de quoi que ce soit... j'ai déjà dit que je n'ai plus grand chose à faire sur ce forum...

Et je pense que les thérapeutes qui ont des références et un agenda plein n'ont pas de temps à perdre sur ce forum public à mon avis... :roll: :idea:


Sur ce bonne continuation :D
 
L

laurenzo

Membre
messages
1 638
Points
4 480
Métaphore à dit:
C'est pas grave Laurenzo, je ne cherche en rien à vous convaincre de quoi que ce soit... j'ai déjà dit que je n'ai plus grand chose à faire sur ce forum...

Et je pense que les thérapeutes qui ont des références et un agenda plein n'ont pas de temps à perdre sur ce forum public à mon avis... :roll: :idea:

Ca colle avec le profil du professeur en psychologie dont je parle et avec bien d'autres encore même si j'imagine que l'on peut être très compétent tout en venant confronter ses connaissances avec d'autres passionnés sur un forum.

Alors si votre aventure sur ce forum se termine, je vous souhaite une bonne continuation.
 
corfinas

corfinas

Membre
messages
1 105
Points
4 760
Localisation
Lyon
-Réalité- à dit:
Métaphore
Moi je n'emploierais pas le terme d'estime de soi inné dans cet exemple mais plutôt un instinct de survie, et pour moi, cela me paraît difficile d'associer l'estime de soi à l'instinct de survie.
Eh bien, si vous considérez qu’il y a un désir de survie dans l’être, c’est que son existence lui importe, qu’il estime celle-ci. C’est la composante biologique de l’"amour de soi".

Yep, je suis bien d'accord avec ça !

-Réalité- à dit:
Si vous, Mr Réalité, réusissez à vivre vraiment sereinement juste avec l'exercice de la raison, grand bien vous fasse. Mais ce n'est pas le cas de la majorité qui est passablement névrosée.
Oui, je sais qu’exercer sa raison n’est plus de mode par chez nous, c’est plutôt le culte de l’émotion à présent, même chez les hypnothérapeutes, semble-t-il !
Là par contre je suis d'avis que fasse aux émotions, la raison a perdu le match ... C'est à mon avis plus qu'une mode mais une lame de fond, en tout cas si j'ai bien compris les 4èime de couverture de "L'erreur de Descartes: la raison des émotions" et de "Spinoza avait raison: joie et tristesse, le cerveau des émotions" d' Antonio Damasio.

a+
 
Paul Elie

Paul Elie

Membre
messages
4 289
Points
6 110
Age
63
Localisation
lacaune
>>>>>>C'est à mon avis plus qu'une mode mais une lame de fond....
la je suis tout a fait d accord!
ce qui me fait penser en parlant lame de fond....
il y a une autre question puisque nous naviguons en hors sujet depuis un bail..... ce qui entretient la pub du cabinet public....
habile!
kevin a reussi son coup!
il a de l'aide :D
c'est un record pour une pub! est ce que cela va continuer?
 
Kamou

Kamou

Membre
messages
615
Points
2 890
Y avait il un match raison vs emotions??

A mon avis, la raison au sens qu'on lui donne, n existe pas, tout simplement.

Une invention de l esprit, qui permet a la conscience de prendre conscience d elle meme, mais surtout de celles des autres.

Une logique dans l illogique, pour mieu avancer, une illusion d optique qui nous fait tenir bon sur un fil imaginaire mais salvateur.

Pourquoi raison et émotions sont elles toujours comprises comme ennemies? Elles ne sont que la parole de la conscience a la conscience, composantes du dialogue interne continu qui s ecoule en nous. Sans l une vous perdez l autre!
 
xorguina

xorguina

Membre
messages
4 186
Points
4 530
Localisation
Pays basque
Pour moi l'émotion ou la raison = le mental (Moi)

L'Intuition ou la logique, la métalogique = le Soi.

Le Soi étant instantané

Le Soi à préséance sur le Moi.

Le Soi est également la fusion de la créativité(f) créatrice(m)

Donc rien à perdre, tout à comprendre à accepter dans la paix, comme quand vous jouez, et en toute conscience que 1+1=3 :D



 
R

-Réalité-

Membre
messages
53
Points
1 590
Métaphore

Si vous voulez Réalité mais cela est loin d'être suffisant...

Oui, d’autant que je pense que, parfois, même les mécanismes biologiques liées à la survie peuvent être perturbés tout comme peut l’être la composante de l’amour de soi qui procède de l’amour ou de l’attitude bienveillante des éducateurs. Là, il ne s’agirait donc pas tant de retrouver des origines favorables que de gérer, modifier, construire.

Je n'insisterais plus sur ce forum, car après avoir fait encore un séminaire d'hypnose intégrative ce week-end, je me rends compte que je n'ai plus grand chose à faire sur ce forum... Et ce que je lis parfois dépasse l'entendement pour moi, donc je n'ai plus trop ma place ici...

Mais j'ai été ravie d'y participer aussi activement.

Ah oui juste une chose, j'ai discuté à ce séminaire avec un psychologue hypnothérapeute qui intervient régulièrement au congrès organisé par mon centre de formation en tant qu'intervenant et qui pratique l'EMDR, et il m'a confirmé que ce qu'on apprenait dans cette formation sur les stimulations alternatives avec intégration des autres techniques, (pont d'affect/régression, TCM/EFT, ou travail sur les états du Moi), était extrèmement plus cohérentes et beaucoup plus pertinentes que l'EMDR.

Il pouvait comparer les 2 techniques, connaissant et pratiquant déjà l'EMDR...

Si l’hypnose intégrative a à voir avec la démarche de la psychologie intégrative, c’est certainement une bonne chose. Et puis, ce n’est pas moi qui vous reprocherai de prendre un peu d’air frais.


Corfinas

Là par contre je suis d'avis que fasse aux émotions, la raison a perdu le match ... C'est à mon avis plus qu'une mode mais une lame de fond, en tout cas si j'ai bien compris les 4èime de couverture de "L'erreur de Descartes: la raison des émotions" et de "Spinoza avait raison: joie et tristesse, le cerveau des émotions" d' Antonio Damasio.

On ne peut empêcher les émotions de survenir et elles ont bien entendu leur utilité. Mais elles peuvent aussi nous induire à faire une mauvaise évaluation de la situation voire même à nous empêcher toute réflexion . Donc s’il est important de prendre en compte les informations qu’elles véhiculent, il est tout aussi important de pouvoir les gérer. Mais je vous l’accorde, il y a certainement des dilemmes moraux et des décisions qui sont impossibles à prendre sous l’angle de la raison quand il s’agit des personnes que vous aimez.
 
surderien

surderien

Moderateur
Membre de l'équipe
Pro
messages
8 079
Points
9 460
Localisation
Suscinio 56
Métaphore à dit:
C'est pas grave Laurenzo, je ne cherche en rien à vous convaincre de quoi que ce soit...

j'ai déjà dit que je n'ai plus grand chose à faire sur ce forum...


Et je pense que les thérapeutes qui ont des références et un agenda plein n'ont pas de temps à perdre sur ce forum public à mon avis... :roll: :idea:


Sur ce bonne continuation :D

Alors mettez enfin vos théories en pratique... intégrative !

Apitoyant !

:evil:


Il n'y a jamais eu autant de nouvelles inscriptions sur ce forum et vous vous passez votre temps à le dénigrer !
 
Leo Lavoie

Leo Lavoie

Membre
messages
2 268
Points
5 010
Localisation
Montréal Québec
Métaphore à dit:
Leo Lavoie à dit:
Je veux dire que l'enfant qui n'a pas en lui déjà l'amour et l'estime de soi ne survivra pas. Ce n'est même pas symbolique ou métaphorique, c'est juste un fait. Pourquoi voudrait-on demander le sein si on ne s'aime pas et qu'on ne s'estime pas? Pourquoi voudrait-on vivre? Se nourrir? Apprendre juste à bien viser sa bouche avec son pouce? Faut s'aimer et s'estimer pour revendiquer et le bébé ne fait que ça vu qu'il n'a pas d'autres choix pour survivre.

Vous voyez bien que ce doit être inné...Et, donc, celle ou celui qui est dans votre cabinet et qui s'est rendu jusque là a eu nécessairement cet amour et estime de soi innée.


Moi je n'emploierais pas le terme d'estime de soi inné dans cet exemple mais plutôt un instinct de survie, et pour moi, cela me paraît difficile d'associer l'estime de soi à l'instinct de survie. :roll:

Ben songez y longuement... Il s'agit d'une estime de soi et d'un amour de soi à son état le plus brut...

Et si vous vous demandez comment l'on peut en venir à vouloir se suicider tout en étant pourvu d'un instinct aussi fort et aussi profond alors voilà... "connect the dots" comme on dit en austrochinois.

C'est en bousillant notre perception de cet estime et amour de soi que l'on atteint l'instinct de vie (de survie) Il y a donc un lien indéfectible et passablement direct
 
M

Métaphore

Invité
Leo Lavoie à dit:
Métaphore à dit:
Leo Lavoie à dit:
Je veux dire que l'enfant qui n'a pas en lui déjà l'amour et l'estime de soi ne survivra pas. Ce n'est même pas symbolique ou métaphorique, c'est juste un fait. Pourquoi voudrait-on demander le sein si on ne s'aime pas et qu'on ne s'estime pas? Pourquoi voudrait-on vivre? Se nourrir? Apprendre juste à bien viser sa bouche avec son pouce? Faut s'aimer et s'estimer pour revendiquer et le bébé ne fait que ça vu qu'il n'a pas d'autres choix pour survivre.

Vous voyez bien que ce doit être inné...Et, donc, celle ou celui qui est dans votre cabinet et qui s'est rendu jusque là a eu nécessairement cet amour et estime de soi innée.


Moi je n'emploierais pas le terme d'estime de soi inné dans cet exemple mais plutôt un instinct de survie, et pour moi, cela me paraît difficile d'associer l'estime de soi à l'instinct de survie. :roll:

Ben songez y longuement... Il s'agit d'une estime de soi et d'un amour de soi à son état le plus brut...

Et si vous vous demandez comment l'on peut en venir à vouloir se suicider tout en étant pourvu d'un instinct aussi fort et aussi profond alors voilà... "connect the dots" comme on dit en austrochinois.

C'est en bousillant notre perception de cet estime et amour de soi que l'on atteint l'instinct de vie (de survie) Il y a donc un lien indéfectible et passablement direct

Qu'importe au final, l'essentiel c'est de savoir mener une thérapie hypnotique pertinente visant à guérir le patient de ses blessures, de ses troubles compulsifs, émotionnels, etc...
 
R

-Réalité-

Membre
messages
53
Points
1 590
Leo Lavoie

Ben songez y longuement... Il s'agit d'une estime de soi et d'un amour de soi à son état le plus brut...

Et si vous vous demandez comment l'on peut en venir à vouloir se suicider tout en étant pourvu d'un instinct aussi fort et aussi profond alors voilà... "connect the dots" comme on dit en austrochinois.

C'est en bousillant notre perception de cet estime et amour de soi que l'on atteint l'instinct de vie (de survie) Il y a donc un lien indéfectible et passablement direct

Je suis plutôt d’accord avec votre façon de voir les choses mais la fin de votre propos n’est pas claire. Comment, selon vous, un sujet alors qu’il est au cœur de la dépression et au bord du suicide se reconnecte-t-il à cette base de l’amour de soi et de la vie ?
 
xorguina

xorguina

Membre
messages
4 186
Points
4 530
Localisation
Pays basque
Ca fait un tilt...on c que ça a tjrs été là d'un coup mais qu'on l'avait oublié,qu'on n'y avait pas fait attention, par ignorance, peur, agressivité, on comprends, on accepte et comme un sphinx, on renaît de ces cendres.......
 
Leo Lavoie

Leo Lavoie

Membre
messages
2 268
Points
5 010
Localisation
Montréal Québec
-Réalité- à dit:
Leo Lavoie

Ben songez y longuement... Il s'agit d'une estime de soi et d'un amour de soi à son état le plus brut...

Et si vous vous demandez comment l'on peut en venir à vouloir se suicider tout en étant pourvu d'un instinct aussi fort et aussi profond alors voilà... "connect the dots" comme on dit en austrochinois.

C'est en bousillant notre perception de cet estime et amour de soi que l'on atteint l'instinct de vie (de survie) Il y a donc un lien indéfectible et passablement direct

Je suis plutôt d’accord avec votre façon de voir les choses mais la fin de votre propos n’est pas claire. Comment, selon vous, un sujet alors qu’il est au cœur de la dépression et au bord du suicide se reconnecte-t-il à cette base de l’amour de soi et de la vie ?

Votre question implique que vous comprenez bien alors que des techniques comportementales ne fonctionneront pas de façon générale sauf à très court terme.

Et pour vous répondre et que vous considériez ma réponse comme possible, il vous faut comprendre l'inconscient, le subconscient et le conscient. Pour faire court, il faudrait que vous acceptiez que l'inconscient est tout ce qui n'est pas conscient et surtout les automatismes innés. Alors que le subconscient est là ou sont les automatismes acquis.

Nous sommes fait pour les automatismes parce que la nature nous a fait économe d'énergie. C'est un processus naturel de se programmer dans l'enfance pour fabriquer des automatismes. L'un pourrait être d'éviter de toucher à la flamme une fois que l'on s'y est brûlé. Et ce n'est là qu'un simple exemple.

Mais imaginez la quantité d'automatisme erronés que l'on peut se programmer dans l'enfance. Ce sont ceux là qui font en sorte qu'un instinct de vie et un amour de soi brut se transforment en désir de s'ôter la vie éventuellement; comme l'on peut programmer un automate programmable pour son autodestruction.

Bon il s'agit donc de déprogrammer. L'hypnose sert exactement à ça... L'emdr aussi d'ailleurs ou la pnl.

C'est l'hypnose qui permet d'avoir accès à ce subconscient. Et c'est là qu'il faut agir pour ôter les obstacles, les fausses croyances.

Donc avec l'hypnose, d'abord soulager et ensuite reprogrammer.
 
xorguina

xorguina

Membre
messages
4 186
Points
4 530
Localisation
Pays basque
Si j'essaie de suivre vos croyances , nous serions 3, le conscient, l'inconscient et le subconscient.

Déjà , je voudrais savoir, dans quel case vous placer l'égo, le mental ?

Je cherche à comprendre
....car pour moi, ca passe pas...c'est pas passé et je crois savoir pourquoi aujourd'hui ça passe pas !

Déjà à chaque fois vous divisez le conscient :?

Et ensuite vous juger ces parties du conscient déjà dissequé en petites parties bien distinctes et qui ne peuvent avoir de pont QUE par l'hypnose :roll: en leur donnant des pouvoirs plus ou moins grand :(


Pour moi, les 3 font 1 et ne se juge surtout pas !
Ca n'empêche pas de communiquer, de reconaître qui parle ou veut parler, d'observer, d'observer l'observateur du sujet ou/et émotions.
 
Leo Lavoie

Leo Lavoie

Membre
messages
2 268
Points
5 010
Localisation
Montréal Québec
xorguina à dit:
Si j'essaie de suivre vos croyances , nous serions 3, le conscient, l'inconscient et le subconscient.

Déjà , je voudrais savoir, dans quel case vous placer l'égo, le mental ?

Je cherche à comprendre
....car pour moi, ca passe pas...c'est pas passé et je crois savoir pourquoi aujourd'hui ça passe pas !

Déjà à chaque fois vous divisez le conscient :?

Et ensuite vous juger ces parties du conscient déjà dissequé en petites parties bien distinctes et qui ne peuvent avoir de pont QUE par l'hypnose :roll: en leur donnant des pouvoirs plus ou moins grand :(


Pour moi, les 3 font 1 et ne se juge surtout pas !
Ca n'empêche pas de communiquer, de reconaître qui parle ou veut parler, d'observer, d'observer l'observateur du sujet ou/et émotions.

Ben voyons... On divise pour que ce soit pratique, y'a pas de divisions si claire et précises que ça. Cependant il est maintenant démontré que certaines parties bien physionomiques du cerveau sont le sièges de particularités... Plus l'on va vers l'avant du cerveau et plus c'est dans le conscient et plus l'on va vers l'arrière et plus on entre dans ce qui est inconscient jusqu'à pur réflexe neurologique.

Je ne divise pas le conscient, je regroupe, en fait, certaines fonctions du cerveau en imageant. Je ne les ai pas inventées ces images. Y'a des fonctions tout à fait inconscientes qui viennent en venant au monde... Vous êtes d'accord? On cligne des yeux, on avale et etc...?

Ensuite y'a des fonctions inconscientes et semi conscientes qui sont acquises avec l'enfance et l'écucation, les expériences de vie dans l'enfance. C'est clair ça non? Si on a la phobie des araignées, y'a bien des chances que l'on ne puisse pas se rappeler, comme ça, l'origine de cette phobie...Alors qu'en hypnose, ça reviendra et qu'on peut même revivre l'événement et le revivre différement.

Naturellement j'ai laissé de côté le surconscient, la conscience du divin. Même si, moi, je la trouve essentielle. Ce n'est pas tout le monde qui est ouvert à ce concept.
 
xorguina

xorguina

Membre
messages
4 186
Points
4 530
Localisation
Pays basque
Leo Lavoie à dit:
xorguina à dit:
Si j'essaie de suivre vos croyances , nous serions 3, le conscient, l'inconscient et le subconscient.

Déjà , je voudrais savoir, dans quel case vous placer l'égo, le mental ?

Je cherche à comprendre
....car pour moi, ca passe pas...c'est pas passé et je crois savoir pourquoi aujourd'hui ça passe pas !

Déjà à chaque fois vous divisez le conscient :?

Et ensuite vous juger ces parties du conscient déjà dissequé en petites parties bien distinctes et qui ne peuvent avoir de pont QUE par l'hypnose :roll: en leur donnant des pouvoirs plus ou moins grand :(


Pour moi, les 3 font 1 et ne se juge surtout pas !
Ca n'empêche pas de communiquer, de reconaître qui parle ou veut parler, d'observer, d'observer l'observateur du sujet ou/et émotions.

Ben voyons... On divise pour que ce soit pratique, y'a pas de divisions si claire et précises que ça. Cependant il est maintenant démontré que certaines parties bien physionomiques du cerveau sont le sièges de particularités... Plus l'on va vers l'avant du cerveau et plus c'est dans le conscient et plus l'on va vers l'arrière et plus on entre dans ce qui est inconscient jusqu'à pur réflexe neurologique.

Ben "je suis" une ex AS, donc je connais un peu l'anatomie humaine apprise d'aujourd'hui ............

Je ne divise pas le conscient, je regroupe, en fait, certaines fonctions du cerveau en imageant. Je ne les ai pas inventées ces images. Y'a des fonctions tout à fait inconscientes qui viennent en venant au monde... Vous êtes d'accord? On cligne des yeux, on avale et etc...?

Oui, à la naissance mais ensuite on peut être conscient de ça...non ?

Ensuite y'a des fonctions inconscientes et semi conscientes qui sont acquises avec l'enfance et l'écucation, les expériences de vie dans l'enfance. C'est clair ça non? Si on a la phobie des araignées, y'a bien des chances que l'on ne puisse pas se rappeler, comme ça, l'origine de cette phobie...Alors qu'en hypnose, ça reviendra et qu'on peut même revivre l'événement et le revivre différement.

Ben je comprends mais il n'y a rien que je ne soit pas consciente en fait sur l'enfance, éducation....et perso, plus de phobie, une qui était flagrante ct la claustrophobie et piouf disparu

Naturellement j'ai laissé de côté le surconscient, la conscience du divin. Même si, moi, je la trouve essentielle. Ce n'est pas tout le monde qui est ouvert à ce concept.

Ca fait 4 alors :D et si je te disait que nous sommes un jour 4....bref passons .....
vous ne m'avez pas répondu pour l'égo et le mental ! dans quel partie les mets tu ?


Alors , d'après ce que j'ai compris , ce dont je vous parle c'est votre surconscient ,que j'appelle le conscient, car quand on est dans votre surconscient tout le reste devient conscient, sans division ni jugement...c'est une fusion du tout dans la conscience d'être

Merci de m'avoir répondu Léo . :D



.

.
 
R

-Réalité-

Membre
messages
53
Points
1 590
Leo Lavoie

Votre question implique que vous comprenez bien alors que des techniques comportementales ne fonctionneront pas de façon générale sauf à très court terme.

Voilà un propos qui démontrerait plutôt votre méconnaissance des techniques comportementales! Je suis lassé de ces affirmations péremptoires sans aucune démonstration. Et puis je n’en vois pas la visée. Vous faites quoi sur ce forum, du prosélytisme pour votre méthode ? Vous cherchez à vous rassurer ? Imaginez un instant que vous dise que la thérapie hypnotique, c’est du bidon (ce que je ne crois pas), franchement, ça rimerait à quoi cet aveuglement, ou ce sectarisme ? Mais bon, si vous avez des arguments, je prendrais un peu de temps pour vous répondre.


Et pour vous répondre et que vous considériez ma réponse comme possible, il vous faut comprendre l'inconscient, le subconscient et le conscient. Pour faire court, il faudrait que vous acceptiez que l'inconscient est tout ce qui n'est pas conscient et surtout les automatismes innés. Alors que le subconscient est là ou sont les automatismes acquis.

Nous sommes fait pour les automatismes parce que la nature nous a fait économe d'énergie. C'est un processus naturel de se programmer dans l'enfance pour fabriquer des automatismes. L'un pourrait être d'éviter de toucher à la flamme une fois que l'on s'y est brûlé. Et ce n'est là qu'un simple exemple.

Mais imaginez la quantité d'automatisme erronés que l'on peut se programmer dans l'enfance. Ce sont ceux là qui font en sorte qu'un instinct de vie et un amour de soi brut se transforment en désir de s'ôter la vie éventuellement; comme l'on peut programmer un automate programmable pour son autodestruction.

Bon il s'agit donc de déprogrammer. L'hypnose sert exactement à ça... L'emdr aussi d'ailleurs ou la pnl.

C'est l'hypnose qui permet d'avoir accès à ce subconscient. Et c'est là qu'il faut agir pour ôter les obstacles, les fausses croyances.

Je pense avoir saisi votre perspective. Mais pour reprendre les termes de votre message précédant vous avez dit qu’il y avait un « lien indéfectible et passablement direct » à cet amour de soi et de la vie. Alors plutôt que de chercher à « ôter les obstacles et les fausses croyances » pourquoi ne pas reconnecter directement le sujet à cette « source », tout simplement ? Pensez-vous que l’hypnose est susceptible d’amener à ce « contact » ? Des expériences* ont-elles été menées dans ce sens ? Expériences fantasmées ou pas, quels furent les changements chez la personne ? Et pour préciser et puisque vous avez évoqué par ailleurs la " conscience du divin" : « le désespoir est parfois l’occasion de la Grâce. » (André Comte-Sponville).

* Références vivement souhaitées
 
Leo Lavoie

Leo Lavoie

Membre
messages
2 268
Points
5 010
Localisation
Montréal Québec
-Réalité- à dit:
Leo Lavoie

Votre question implique que vous comprenez bien alors que des techniques comportementales ne fonctionneront pas de façon générale sauf à très court terme.

Voilà un propos qui démontrerait plutôt votre méconnaissance des techniques comportementales! Je suis lassé de ces affirmations péremptoires sans aucune démonstration. Et puis je n’en vois pas la visée. Vous faites quoi sur ce forum, du prosélytisme pour votre méthode ? Vous cherchez à vous rassurer ? Imaginez un instant que vous dise que la thérapie hypnotique, c’est du bidon (ce que je ne crois pas), franchement, ça rimerait à quoi cet aveuglement, ou ce sectarisme ? Mais bon, si vous avez des arguments, je prendrais un peu de temps pour vous répondre.


Et pour vous répondre et que vous considériez ma réponse comme possible, il vous faut comprendre l'inconscient, le subconscient et le conscient. Pour faire court, il faudrait que vous acceptiez que l'inconscient est tout ce qui n'est pas conscient et surtout les automatismes innés. Alors que le subconscient est là ou sont les automatismes acquis.

Nous sommes fait pour les automatismes parce que la nature nous a fait économe d'énergie. C'est un processus naturel de se programmer dans l'enfance pour fabriquer des automatismes. L'un pourrait être d'éviter de toucher à la flamme une fois que l'on s'y est brûlé. Et ce n'est là qu'un simple exemple.

Mais imaginez la quantité d'automatisme erronés que l'on peut se programmer dans l'enfance. Ce sont ceux là qui font en sorte qu'un instinct de vie et un amour de soi brut se transforment en désir de s'ôter la vie éventuellement; comme l'on peut programmer un automate programmable pour son autodestruction.

Bon il s'agit donc de déprogrammer. L'hypnose sert exactement à ça... L'emdr aussi d'ailleurs ou la pnl.

C'est l'hypnose qui permet d'avoir accès à ce subconscient. Et c'est là qu'il faut agir pour ôter les obstacles, les fausses croyances.

Je pense avoir saisi votre perspective. Mais pour reprendre les termes de votre message précédant vous avez dit qu’il y avait un « lien indéfectible et passablement direct » à cet amour de soi et de la vie. Alors plutôt que de chercher à « ôter les obstacles et les fausses croyances » pourquoi ne pas reconnecter directement le sujet à cette « source », tout simplement ? Pensez-vous que l’hypnose est susceptible d’amener à ce « contact » ? Des expériences* ont-elles été menées dans ce sens ? Expériences fantasmées ou pas, quels furent les changements chez la personne ? Et pour préciser et puisque vous avez évoqué par ailleurs la " conscience du divin" : « le désespoir est parfois l’occasion de la Grâce. » (André Comte-Sponville).

* Références vivement souhaitées

Je connais les techniques comportementales. J'ai déjà même consulté un psy cognitivo comportementaliste pendant un bon bout. Il me servait surtout de dévidoir sans qu'il le sache. Étant formé à la psychanalyse, je n'avais besoin que d'une autre personne que moi même à qui parler et y'a que cela qui se trouvait remboursé par mes assurances à l'époque.

Mais j'ai étudié ces méthodes. Je dois connaître bien des méthodes dans l'ensemble et j'utilise le comportemental en complément de la thérapie que j'exerce.

Et, oui, on peut "régler" une phobie, par exemple, avec ces techniques. Et il est possible que la phobie soit réglée à long terme aussi. Cepedant, n'ayant pas modifié dans la psyché, les causes profondes de cette phobie, je suis de ceux qui pensent que les causes profondes se remanifesteront éventuellement d'une autre façon, et Dieu seul sait comment. Voilà ce que je veux dire par "ça ne fonctionne pas à long terme"...

Pour la deuxième question. Métaphorisons...je vous dis essentiellement que l'on ne voit plus l'amour de soi et que l'on y croit plus à cause des obstacles qui ont été foutu devant... Ou encore, on est un diamant qui ne croit plus en sa valeur, qui a oublié à quel point il est magnifique, éclatant, précieux parce qu'il est couvert de boue et d'immondices.

Bref, dans les deux cas, voilà il faut "revoir" l'amour de soi... "revoir" le diamant. Voir pour croire...Pour cela il faut bien ôter les obstacles évidemment, il faut bien nettoyer le diamant pour en constater l'éclat et la valeur.

Vous demandez des expériences à ce sujet. Ben y'en a... Valikor vous en a donné. Je pourrais vous en donner de ma pratique ( je pratique la psychanalyse depuis des années mais l'hypnose depuis peu). J'ai lu et j'ai entendu des témoignages, bien sûr aussi. mais bon, quelle crédibilité accorderez vous à tout ça? Vous voulez quel genre de référence? Des études? Payées et financées par qui? Moi, il y a un bon bout que j'appose l'étiquette "douteux" à pratiquement toutes les "édudes cliniques". Y'a pratiquement plus personne qui a les moyens et la motivation de faire des études cliniques publiées de façon tout à fait indépendante et objective. Y'a un prix pour l'intégrité de la médecine officielle et y'a des corporations qui peuvent le payer très confortablement.

Oui le désespoir est une occasion d'avoir contact avec le divin. Personellement, dans ma pratique, je commence à jongler avec l'idée de ne plus accepter de cas ou le sujet n'a aucun concept de spiritualité et y est totalement fermé et allergique. Mais c'est un autre sujet.

Et au dessus de tout ça, mais toujours en phase, je pense que le concept de divinité appliqué à l'humain et à la source de ce qu'il est dans son absolu et en dehors de son état animal, peut encore être le meilleur chemin et le plus court vers la guérison.
 
xorguina

xorguina

Membre
messages
4 186
Points
4 530
Localisation
Pays basque
Ou vers l'autoguérison :wink:

J'adhère au cristal :D tout le pot/en /ciel est déjà là, mais nous l'avons oublié et nous nous sommes perdus dans cette dualité de 3ème dimension, mais ça évolue !! vite et l'effêt boule de neige commence à se voir réellement par résonnance holographique :D

jsuis plus là .....
 
L

laurenzo

Membre
messages
1 638
Points
4 480
Leo Lavoie à dit:
Personellement, dans ma pratique, je commence à jongler avec l'idée de ne plus accepter de cas ou le sujet n'a aucun concept de spiritualité et y est totalement fermé et allergique. Mais c'est un autre sujet.

Une sorte de sélection de clientèle?
 
M

Métaphore

Invité
Leo Lavoie à dit:
Personellement, dans ma pratique, je commence à jongler avec l'idée de ne plus accepter de cas ou le sujet n'a aucun concept de spiritualité et y est totalement fermé et allergique. Mais c'est un autre sujet.

Depuis quand vous vous intéressez à la spiritualité d'aussi près ?... vous m'étonnez là, surtout pour un psychanalyste... :roll:

mais cela dit j'approuve cette ouverture d'esprit, néanmoins de là à dire refuser tous autres patients hermétique à la spiritualité, vous risquez de ne plus avoir beaucoup de patients...
 
Leo Lavoie

Leo Lavoie

Membre
messages
2 268
Points
5 010
Localisation
Montréal Québec
laurenzo à dit:
Leo Lavoie à dit:
Personellement, dans ma pratique, je commence à jongler avec l'idée de ne plus accepter de cas ou le sujet n'a aucun concept de spiritualité et y est totalement fermé et allergique. Mais c'est un autre sujet.

Une sorte de sélection de clientèle?

Ben oui...Ça vous semble immoral ou incorrect? Moi ça me semble juste approprié.
 
Leo Lavoie

Leo Lavoie

Membre
messages
2 268
Points
5 010
Localisation
Montréal Québec
Métaphore à dit:
Leo Lavoie à dit:
Personellement, dans ma pratique, je commence à jongler avec l'idée de ne plus accepter de cas ou le sujet n'a aucun concept de spiritualité et y est totalement fermé et allergique. Mais c'est un autre sujet.

Depuis quand vous vous intéressez à la spiritualité d'aussi près ?... vous m'étonnez là, surtout pour un psychanalyste... :roll:

mais cela dit j'approuve cette ouverture d'esprit, néanmoins de là à dire refuser tous autres patients hermétique à la spiritualité, vous risquez de ne plus avoir beaucoup de patients...

Bof, on verra. C'est que j'en ai marre de me buter à de l'hermétisme que moi je trouve absurde. C'est que la durée d'une thérapie est infiniment plus courte avec un patient qui a une perception de la divinité.
 
L

laurenzo

Membre
messages
1 638
Points
4 480
Leo Lavoie à dit:
laurenzo à dit:
Leo Lavoie à dit:
Personellement, dans ma pratique, je commence à jongler avec l'idée de ne plus accepter de cas ou le sujet n'a aucun concept de spiritualité et y est totalement fermé et allergique. Mais c'est un autre sujet.

Une sorte de sélection de clientèle?

Ben oui...Ça vous semble immoral ou incorrect? Moi ça me semble juste approprié.

Ca me semble surtout être une belle croyance limitante. Un peu de l'ordre du 'si vous croyez au spirituel alors on va essayer de vous soigner, sinon bah restez mal je ne vous aiderai pas' non?

N'est-ce pas au thérapeute de s'adapter un minimum à la carte du monde de la personne en souffrance plutôt que l'inverse? L'hermétisme n'est-il pas de ne considérer qu'un point de vue ('faut être dans la spiritualité pour réussir sa thérapie')?
 
M

Métaphore

Invité
Leo Lavoie à dit:
Métaphore à dit:
Leo Lavoie à dit:
Personellement, dans ma pratique, je commence à jongler avec l'idée de ne plus accepter de cas ou le sujet n'a aucun concept de spiritualité et y est totalement fermé et allergique. Mais c'est un autre sujet.

Depuis quand vous vous intéressez à la spiritualité d'aussi près ?... vous m'étonnez là, surtout pour un psychanalyste... :roll:

mais cela dit j'approuve cette ouverture d'esprit, néanmoins de là à dire refuser tous autres patients hermétique à la spiritualité, vous risquez de ne plus avoir beaucoup de patients...

Bof, on verra. C'est que j'en ai marre de me buter à de l'hermétisme que moi je trouve absurde. C'est que la durée d'une thérapie est infiniment plus courte avec un patient qui a une perception de la divinité.

Oui bien sûr... et avec des patients qui n'ont pas un passé lourd ça va encore plus vite, hum... mais selectionner que ceux qui ont cette perception de la divinité comme vous dites, il n'y en a pas beaucoup... :roll: A moins que vous n'avez pas besoin d'avoir de travailler à temps plein dans l'hypnose...

Mais je comprends ce que vous dites et que je partage... mais après il faut vraiment expliquer ce qu'est la thérapie hypnotique.
 
jeangeneve

jeangeneve

Membre
Pro
messages
2 172
Points
6 410
Localisation
là bas,
il faut croire pour être sauvé.
et quand on y arrive pas, il suffi de dire qu'il y croyais pas.
le double blind dans toute sa splendeur.
léo a toute ma sympathie car il nous laisse le droit de ne pas y croire.

on peu alors sauver les meubles (les apparences) avec une TCC... :wink:
 
Leo Lavoie

Leo Lavoie

Membre
messages
2 268
Points
5 010
Localisation
Montréal Québec
laurenzo à dit:
Leo Lavoie à dit:
laurenzo à dit:
Leo Lavoie à dit:
Personellement, dans ma pratique, je commence à jongler avec l'idée de ne plus accepter de cas ou le sujet n'a aucun concept de spiritualité et y est totalement fermé et allergique. Mais c'est un autre sujet.

Une sorte de sélection de clientèle?

Ben oui...Ça vous semble immoral ou incorrect? Moi ça me semble juste approprié.

Ca me semble surtout être une belle croyance limitante. Un peu de l'ordre du 'si vous croyez au spirituel alors on va essayer de vous soigner, sinon bah restez mal je ne vous aiderai pas' non?

N'est-ce pas au thérapeute de s'adapter un minimum à la carte du monde de la personne en souffrance plutôt que l'inverse? L'hermétisme n'est-il pas de ne considérer qu'un point de vue ('faut être dans la spiritualité pour réussir sa thérapie')?

Je suis d'accord pour aider tout être humain... Mais l'expérience de ma pratique m'indique de plus en plus et à mon grand dam, croyez moi, que celui qui ne croit qu'à ce qu'il perçoit avec ses 5 sens n'aura pas une progression raisonnable dans le temps et l'énergie... Pas seulement la mienne mais la sienne aussi. Il s'agit aussi de ne pas faire payer le client pour quelque chose qui n'aboutira pas qu'au bout de son portefeuille à lui et de son temps à lui..

C'est facile de prendre tout le monde et de se faire du fric. Mais ce n'est pas mon truc. Mais je ne dis pas que je le ferai et je ne le fais pas à l'heure actuelle. Je tente encore mais y'a tant de choses qui n'ont aucun sens sans ce concept. La vie même d'après moi, n'en a pas alors...

Voyez vous si j'était naturopathe végétarien, je dirais au gens que je ne peux pas grand chose pour eux si je vois en eux des pathologies que je relie à la consommation de viande. C'estune question d'intégrité. Le naturopathe végétarien, il y croit à son truc. Ce n'est pas juste pour se faciliter la vie. C'est qu'il croit que d'abord son client doit cesser de manger de la viande sinon c'est peine perdue.
 

Vous aimerez:

Nouveaux messages
S'inscrire maintenant déjà 37 470 membres
Haut