Se libérer d'une phobie

Discussion dans 'Hypnothérapie' créé par Altmaier, 20 Septembre 2008.

  1. Altmaier

    Altmaier

    Inscrit:
    25 Août 2008
    Quelle que soit la phobie dont on souffre, pour s'en libérer, il faut d'abord en trouver la source. Si possible revivre émotionnellement l'événement qui est à l'origine de cette phobie pour pouvoir s'en libérer. L'hypnose est à mon avis la meilleure solution pour y arriver, mais ce n'est pas la seule.
    J'attends vos critiques.........
     
  2. correia

    correia

    Inscrit:
    1 Juillet 2008
    Bonjour Altmaier,
    OUUUU LA, QUE DITES VOUS LA ?
    Vous dites : "quelle que soit la phobie" excluant par là toute autre possibilité d'action contraire à votre point de vue.
    Vous dites : "il faut d'abord trouver la source" Pourquoi ? Dans TOUTES les phobies que j'ai traiter, la personne n'a jamais eu besoin de trouver là source, du moins consciemment
    Et alors SURTOUT, et j'insiste la dessus, SURTOUT ne pas revivre émotionnellement l'événement qui est à l'origine de cette phobie, à moins que vous ne vouliez renforcer encore plus sa phobie !
    Imaginez quelqu'un qui a été violer et qui vient vous voir pour que vous l'aidiez, et que pour cela vous lui proposiez de la violez, imaginer le résultat d'une telle thérapie :x

    Mon conseil pour finir : Ne traiter aucune phobie pour l'instant.

    Bon weekend
     
  3. Altmaier

    Altmaier

    Inscrit:
    25 Août 2008
    Désolé, je ne sais pas qui vous êtes et ce que vous faites, pour ma part, je pratique l'hypnose depuis plus de 20 années en cabinet, et j'en ai traité quelques unes de phobies. Mais vous avez le droit de croire en ce que vous dites.
    Revivre un evenement emotionnellement, cela s'appelle une abréaction. Si vous ne conaissez pas ce mot, prenez le 'petit Larrousse"
    Cordialement
     
  4. correia

    correia

    Inscrit:
    1 Juillet 2008
    Certes je n'ai pas 20 ans d'experience. Excusez ma maladresse je ne suis qu'un hypnotherapeute débutant.
    Mais bon, faire revivre émotionnellement l'événement pour traiter la phobie, c'est pas ce que j'ai appris en hypnose ericksonienne.
    Mais vous attendez quoi comme critiques en définitive ?
    Quand on se positionne dans une attente de critique, je pense qu'il faut garder un certain recul et beaucoup d'humour. Alors relax Altma, reste cool, t'as plutot une bonne tête, pourquoi réagir comme ça, ce que j'ai ecrit ne reste que mon point de vue et rien d'autre, non ?

    Cordialement
     
  5. Altmaier

    Altmaier

    Inscrit:
    25 Août 2008
    C'est ce que je disais, chacun a le droit d'avoir une opinion, j'espère qu'il y aura d'autres réactions de la part d'autres praticiens. Effectivement, l'enseignement de l'hypnose ericksonnienne, que je respecte profondément, est basé sur une bonne théorie, mais ne correspond pas du tout à l'hypnose traditionnelle qui est basé plus sur l'expérience de quelques chercheurs et la transmission de cette expérience.
    Un très bon ouvrage: 'Lhypnose en psychothérapie" de Jacques Gorisse au "Editions du livre"
    Très cordialement.
    Jurgen
     
  6. Altmaier

    Altmaier

    Inscrit:
    25 Août 2008
    Et t'inquietes pas, je reste Zen!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
     
  7. Roudil-Paolucci nathalie

    Roudil-Paolucci nathalie

    Inscrit:
    15 Mars 2007
    :D Bonjour,

    Effectivement, Altamaier, votre style semble assez péremptoire mais un professionnel de 20 ans d’expérience est à mille lieux de ce propos . En toute humilité et candide recommandation, si vous ne voulez pas faire croire que votre ramage se rapporte à votre plumage et de laisser penser que vous voulez vous faire passer par le Phénix des hôtes de ces bois ; désolidarisez-vous des phrases aux injonctions tacites. Enfin, sauf si vous avez quelques stratégies machiavéliques (dans le vrai et bons sens du terme, bien évidemment !) La provocation fait réagir, n’est-ce pas et quand s’est fait consciemment et avec l’esprit zen, cela est tout à fait enrichissant pour la réflexion…. :idea:

    Dans l’apprentissage de l’hypnose éricksonienne et dans de bonnes écoles, :lol: telles celle de Correia :wink: ou bien celle de votre interlocutrice ici présente :wink: , bien évidemment, l’enseignement très ingénieux de l’hypnose apprend, grâce aussi, a de nombreuses années de pratique des formateurs, qu’il n’est pas besoin et même tout-à fait nuisible, de passer par un traumatisme pour s’en défaire. Bien sûr, cela s’est révélé et à plusieurs reprises, tout à fait fondé et légitime. Se « soigner », se libérer du « mal » par le mal ne semble pas alors se justifier.


    Au lieu d’abréaction, je dirais qu’il s’agit, dans le cadre de l’hypnose éricksonienne de catharsis, c’est-à-dire de purgation des traumatismes par le moyen d’une représentation dissociée du sujet. Ainsi selon une définition très claire « La catharsis est la purgation des passions par le moyen de la représentation dramatique : en assistant à un spectacle théâtral, l'être humain se libère de ses pulsions, angoisses ou fantasmes en les vivant à travers le héros ou les situations représentées sous ses yeux »
    Voici une remarque médicale ou thérapeutique d’Aristote :
    « Nous voyons ces mêmes personnes, quand elles ont eu recours aux mélodies qui transportent l'âme hors d'elle-même, remises d'aplomb comme si elles avaient pris un remède et une purgation. C'est à ce même traitement dès lors que doivent être nécessairement soumis à la fois ceux qui sont enclins à la pitié et ceux qui sont enclins à la terreur, et tous les autres qui, d'une façon générale, sont sous l'empire d'une émotion quelconque pour autant qu'il y a en chacun d'eux tendance à de telles émotions, et pour tous il se produit une certaine purgation et un allégement accompagné de plaisir. Or c'est de la même façon aussi que les mélodies purgatrices procurent à l'homme une joie inoffensive. »
    « La tragédie (...) est une imitation faite par des personnages en action et non par le moyen de la narration, et qui par l'entremise de la pitié et de la crainte, accomplit la purgation des émotions de ce genre. »


    Pourtant, et c’est là, le paradoxe de nombreux points de vue, théories et pratique, de nombreuses thérapies utilisent l’abréaction, jusqu’à l’ostentatoire même en faisant revivre au pauvre sujet son traumatisme dans l’intention que celui-ci par exemple, se délie du cerveau émotionnel, passe par le néo-cortex et voila qu’après des pleurs et des cris, le sujet est libéré.

    Je pratique avec grande précaution, un équivalent de l’EMDR, le R.I.T.M.O, "Retraitement de l’Information Traumatique par les Mouvements Oculaires" et j’ai constaté d’excellents résultats. C’est un moyen beaucoup plus délicat à aborder et il est, très très important, pour moi, dans ce cadre, de créer un état ressource au cas où les émotions de retour seraient insupportables, poser de bons fusibles et être totalement attentif à la progression du travail et aux émois du consultant.

    J’ai l’exemple d’une phobie des araignées chez une demoiselle qui lors de la séance a revécu des moments de son enfance quand elle était grondée par son père et son grand père, puis dans ce retour au grand père, son deuil, pas bien réalisé, s’est fait ; puis d’une angoisse à s’étouffer à cause d’araignées noires cheminant dans sa bouche, l’étouffement qu’elle percevait avec sa mère….Enfin, le mot clé était aussi la maîtrise, pouvoir ou non maîtriser sa colère de petite fille, maîtriser ses sentiments de culpabilité par rapport au grand-père et faire enfin le deuil, maîtriser, aussi, enfin la toute puissance asphyxiante de sa mère.
    Après des pleurs, des secousses émotionnelles et surtout une prise de conscience que sa phobie n’était qu’une décharge émotionnelle, la jeune fille s’est sentie libérée de beaucoup de choses et bien plus que la phobie maintenant.


    :lol: :lol: :shock: :wink: :roll: En conclusion, je remarque que les certitudes en matière de théorisation ou pratique thérapeutique n’existent pas et si je vais plus loin, tellement de certitudes et croyances culturelles ont la vaniteuse prétention à vouloir nous murer, nous cimenter dans des cadres très étroits de pensées.

    :lol: :shock: :idea: :arrow: L’éventail ou la panoplie des thérapies est très certainement plus vaste que ce que l’on croit et bien plus paradoxal encore !


    :lol: Nathalie
     
  8. Altmaier

    Altmaier

    Inscrit:
    25 Août 2008
    Que de belles théories.
    Bravo!!!!!!!!!!!!!! continuez!!!!!!!!!!!!!!!
    C'est vous qui avez raison!!!!!!!!!!!!
     
  9. HypnoCoach

    HypnoCoach

    Inscrit:
    4 Janvier 2006
    Preuve qu'il n' y a pas qu'une methode qui fonctionne pour les phobies

    Altmaider travail le trauma en mode associé (catarsis)
    D'autres en dissocié, doublement dissocié, ou juste à un niveau inconscient.

    Toutes ces façons de travailler la phobie peuvent s'avérer très efficace et demandent de bien guider la personne.

    Le mode associé doit particulèrement bien être géré par l'hypno pour que l'emotion soit complètement libérée, traversée et depassée (donc sans laisser la personne dans une emotion negative non resolu)

    Correia a reçu une formation qui semble entre autre defendre le point de vue suivant : Pourquoi faire revivre quelque chose de désagréable puisque la solution peut être mise en place sans ça ?

    L'essentiel selon moi est que l'hypno se sente à l'aise avec sa propre methode de travail qui fonctionne. C'est ça qui fonctionne avant tout.
     
  10. Altmaier

    Altmaier

    Inscrit:
    25 Août 2008
    J'aime bien quand ca réagit comme cela. Et ça met bien en avant la différence entre hypnose ericksonnienne et traditionnelle. Oui, le plus important, c'est le bien être du sujet.
    Mais vous ne dormez pas en metropole? il fait nuit chez vous?
     
  11. apula

    apula

    Inscrit:
    4 Juin 2008
    Hello,

    J'ai traité une phobie des ascenceurs en 3 séances. à aucun moment nous n'avons parlé de l'ascenceur. A aucun moment je n'ai prononcé le mot phobie, peur ou autre. Tout s'est passé dans le bien être totale, sans aucun pleur, sans aucune peur, rien :eek:

    Comme quoi il est possible de prendre plusieurs chemins pour arriver à un même but. La pente très escarpée ou il faut un cordage et ou tu risques de tomber, ou bien le petit chemin qui part sur la gauche, qui montre tranquille et tellement agréable ?

    Je rejoins Hypnocoach sur :"L'essentiel selon moi est que l'hypno se sente à l'aise avec sa propre methode de travail qui fonctionne. C'est ça qui fonctionne avant tout. ".

    pour ce qui est de :
    "Et ça met bien en avant la différence entre hypnose ericksonnienne et traditionnelle"
    ==> Ah oui ? C'est à dire ? Quelle est cette différence qui vous semble si marquante ?

    Bises,
    Christophe
     
  12. papiter

    papiter

    Inscrit:
    24 Novembre 2006
    j ai auusi plus de 20 ans d expérience, ayant débuté par l hypnose traditionnelle ou classique je suis passé à l hypnose Erick. et j en suis arrivé a la conclusion suivante:
    il faut se débarasser des dogmes, chaque école qui prétend développé une méthode en fait développe des outils, certains plus efficaces que d autres mais en certaines circonstances ceux qui semblent le moins efficaces habituellement seront les plus adaptés.
    Je pense qu il est légitime de dire que chaque phobie est lié a un traumatisme de l enfance, que ce trauma est heureusement la plupart du temps anodin, mais qu a priori le thérapeute n en sait rien.
    Donc et moralité je fais en sorte de déblayé le terrain de manière indirecte en H E puis si ça coince une régression par pont affectif, plus ou moins associé avec des ancrages ( voui je pique des trucs a la pnl grindler et bandler ont bien piraté les travaux d Erickson !)
    En général le terrain préparé par deux ou trois séances n est pas miné et les réactions sont très largement attenuées.


    parole d ancêtre
     
  13. Altmaier

    Altmaier

    Inscrit:
    25 Août 2008
    Et si cet évènement risque d'augmenter le traumatisme, le sujet ne s'en souviendra pas après la séance!!!
    Ma croyance, je veux dire ma certitude,(qui peut être limitante, je l'admet
    Mais puisque j'y crois .....):roll: c'est qu'on ne peut jamais faire de mal en état d'hypnose.

    Je viens de relire ce topic du début et j'ai du mal à comprendre cette levée de bouclier :oops:
     
  14. papiter

    papiter

    Inscrit:
    24 Novembre 2006
    la levée de bouclier est "logique" dans la mesure ou a priori les Erick (dont je fais partie) ne conçoive que très mal une intervention quelque peu violente ! qui semble ne pas respecter l écologie psychique du patient.
    De plus l 'expérience est différente dans la mesure ou il n y a pas d amnésie de la séance sauf si elle est volontairement induite par le thérapeute.
    C'est pourquoi je n utilise jamais c est techniques "invasives" dans un premier temps.
     
  15. Altmaier

    Altmaier

    Inscrit:
    25 Août 2008
    D'après mon expérience, l'amnésie de la séance n'a pas besoin d'être induite par le thérapeute, c'est le sujet lui même qui se l'installe quand elle est nécessaire.
    Mais ça vous devez le savoir, puisque vous avez commencé par l'hypnose classique, à moins que vous ne l'ayez qu'effleuré?
    Ceci dit, je trouve vos interventions très à propos.
     
  16. papiter

    papiter

    Inscrit:
    24 Novembre 2006
    non non je n'ai pas fait que l effleurer !
    mais je me suis mal exprimé je voulais dire que en hypnose Erick le thérapeute pouvait induire une amnésie.
     
  17. Altmaier

    Altmaier

    Inscrit:
    25 Août 2008
    Là, nous sommes tout à fait d'accord.
    et je rejouterais la précision que le sujet peut toujours refuser l'amnésie.
    En regle générale, il ne le fait pas, puisqu'elle est destinée à le protéger.
    Cordialement,
    Jurgen.
     
  18. charline

    charline

    Inscrit:
    26 Juillet 2009
    Bonjour,
    je viens de découvrir ce site!j'ai une phobie horrible du dentiste et cela depuis toujours!
    je cherche un moyen de m'en sortir mai je n'y arrive pas,
    je suis a boue j'ai mal au dents 24H sur 24 et je ne peu plus manger correctement.j'ai tellement mal que des fois j'ai envie de sauté par la fenêtre et cela n'est pas une blague!!donc si vous avez une solution je vous en supplie aidé moi!merci d'avance
    adresse mail:charline.convers@hotmail.fr
     
  19. nate

    nate

    Inscrit:
    5 Juillet 2009


    Et ben dit donc ta peur du Dentiste doit être vraiment d’une violence horrible, pour accepter de souffrir à ce point…Ne plus pouvoir manger correctement. Souffrir 24H sur 24 jusqu'à vouloir même sauter par la fenêtre…Moi aussi j’ai une peur bleu d’avoir mal chez le Dentiste, mais pas au point de vouloir mourir de douleur. Je me force à y aller (facile à dire…là je n’ai pas mal aux dents) et j’essaye de me raisonner, je me dis que de toute façon même si j’ai mal sur le coups, c’est comme le grand 8, quand on monte dedans (pour ne pas perdre la face devant les potes), sur le coup on a peur et puis on se dit que ça va vite se terminer. Et quand c’est fini on est super soulagé…

    En tout cas je te souhaite que tu arrives à surmonter ta phobie, pour enfin être délivrée de ta souffrance.

    J’espère vraiment que quelqu’un pourra t’aider. :?
     
  20. charline

    charline

    Inscrit:
    26 Juillet 2009
    merci pour ton message!
    oui j'ai une peur horrible je souffre et les medoc ne font plus rien!
    j'espère vraiment que quelqu'un pourra m'aidé mais bon je n'y croi plus trop!!
    courage a toi pour les prochain soin en espérant que tu en aura pas besoin!
    bise :
     
  21. nate

    nate

    Inscrit:
    5 Juillet 2009
    Merci.
    Du courage on en a toujours besoins pour ce genre de RDV.
    Tu sais ce que je fais moi quand je dois y aller ?
    Comme on dit : c’est le 1er pas qui coute…
    Et ben déjà, et ça, ça fait pas mal, je téléphone pour prendre RDV.
    Et c’est déjà ça de fait. Alors le jour du RDV, si je peux, je me fais soutenir par quelqu’un de proche, même jusqu’au RDV, comme ça, je ne suis pas seule et ça me calme beaucoup.

    Essaye peut-être de prendre déjà le RDV. Et tu verras bien le jour J si tu trouves la Force d’y aller. Et fais-toi accompagner si tu peux… :wink:

    @++
    Bise
     
  22. Paul Elie

    Paul Elie

    Inscrit:
    7 Juillet 2008
    ce n'est pas une critique!
    mais une tentative d'explication pour les erik
    après avoir lu le message de papiter quand il parlait de violence...
    il y aune différence notable entre ce que j'appelle

    revivre emotionellement et revivre virtuellement....

    la premiere le patient va seulement ressentir l'emotion
    la deuxieme le patient va revivre l'evenement....

    moi aussi j'ai eu plusieurs cas de phobies et avec la formation
    don mottin
    j'ai appris a résoudre 70% des cas en une séance
    sans faire de régression profonde pour aller chercher l'origine
    mais seulement en remplaçant la peur par une émotion plus agréable
    et en supportant le changement par des suggestions directes....
    cela est pratiqué quand le patient se souvient consciemment de l'origine
    et que cela semble plausible....

    pour le reste 30% des cas...
    quand la phobie a été transformée avec le temps et pris d'autres formes
    et le patient ne se souvient plus
    il est alors necessaire de conduire une regression pour investiguer
    et par la suite resoudre les fausses perceptions souvent dues
    au fait que le patient a vecu le trauma a travers ces yeux et son esprit d'enfant....
    qui n'avait pas les moyens de faire la part des choses
    et de comprendre l'événement....
     
  23. katia (zoulouk)

    katia (zoulouk)

    Inscrit:
    22 Avril 2009
    Alors concrètement pour un viol par ex comment procéder vous pour que le patient n'ai plus de séquelles d'aucune manière?

    Les séquelles doivent aller très loin...
     
  24. Paul Elie

    Paul Elie

    Inscrit:
    7 Juillet 2008
    je ne comprend pas votre question....le viol n'est pas une phobie
    definissez "les sequelles d'un viol " svp.

    si vous aviez un cas précis je pourrai vous donner des pistes
    qui restent vérifiée a l'interview avec le client...
    et votre choix de thérapie se fait en fonction de l'information
    plus ou moins précise que vous recevez du client.
     
  25. katia (zoulouk)

    katia (zoulouk)

    Inscrit:
    22 Avril 2009
    C'est en lisant les posts que j'ai repéré cela... des phobies par la suite peuvent s'y rattacher.

    Je n'ai pas de cas concret.
    Simplement je me posais la question sur le fait de "revivre" cet évènement ou non et comment.

    Peut-être, le revivre mais en tant qu'observateur, c'est à dire comme celui qui voit, qui assiste sans émotions...
    Et aussi l'intégrér dans l'histoire de vie, sachant que cela est arrivé, et utiliser "la résilience", la capacité à rebondir pour devenir plus fort..
    S'il y a gêne pour l'épanouissement amoureux, visualiser aussi une relation épanouie, et il me semble que par rapport à l'estime de soi (et sa perte que le viol engendre) réapprendre à s'aimer (en thérapie "se redonner un amour pour soi" afin de cicatriser ces blessures...
    (renourrir l'égo...clin d'oeil Paulelie...)
    Je ne suis pas thérapeute (pas encore... sourire...),
     
  26. Paul Elie

    Paul Elie

    Inscrit:
    7 Juillet 2008
    il n'y aucune valeur thérapeutique a revivre virtuellement (comme dans la realité d'ailleurs!) un trauma....
    quand je dit revivre emotionellement il s'agit en fait de faire ressentir l'emotion de façon a la "localiser" pour la remplacer par une autre meilleure....
    mais je vous conseille de poser la question a votre formateur!
    le depart est la phobie....pas les traumas legers ou lourds!
    ou en êtes vous de votre formation et ou vous formez vous?
     
  27. Leo Lavoie

    Leo Lavoie

    Inscrit:
    7 Janvier 2009
    Gerald Kein en a parlé dans son cours justement. Il s'agit encore, selon lui, de régresser jusqu'à l'événement initial. Cependant, je crois qu'il est question de revivre les émotions de la chose mais si elle sont trop intenses et difficiles à supporter, il faut alors passer en mode observateur dissocié. Ou faire s'évanouir la "scène" en se concentrant sur notre respiration.

    Mais ça me trouble ça. C'est quand même effrayant pour le patient cette perspective de revivre des trucs pareils.

    S'il est vrai qu'on obtiens de très bons résultats en EMDR alors ce serait tout indiqué je dirais. Mais avec quelqu'un comme Valikor qui pratique l'hypnose aussi. Ce que vit la personne violée alors qu'elle se souvient de l'événement est un choc postraumatique la plupart du temps et ça, c'est sensé être le premier truc avec lequel l'EMDR aurait eu le plus grand succès.
     
  28. katia (zoulouk)

    katia (zoulouk)

    Inscrit:
    22 Avril 2009
    Il y a l'évenement en soi et surtout la lecture ou construction qu'on en fait après. Le premier évènement fait souffrir, et ensuite c'est ce qu'on en pense qui nous fait souffrir encore X fois (Les états d'âmes. A Breton)
     
  29. Leo Lavoie

    Leo Lavoie

    Inscrit:
    7 Janvier 2009
    Oui, vous avez raison. On peut prendre pour exemple l'enfant qui vient juste d'éviter de se faire happer par une voiture devant sa mère. Si la mère n'est pas là, il ne fera proablement qu'apprende à faire plus attention.

    Si elle est là et qu'elle fait une crise de nerfs alors ça, ça le marquera en lien avec l'événement.

    Mais y'a pas que ça, y'a surtout les croyances qu'on avait avant l'événement ou le manque d'information qui fait que nos conclusions de l'événement sont erronnées.

    Plus que ça encore cependant, y'a la réponse inévitable et "logique" interne de l'enfant qu'on néglige. C'est tellement naturel et prévu par la nature qu'un enfant est protégé et qu'il ressent les effets de l'instinct maternel qu'il ne peut faire autrement que de conclure qu'il est de la merde. Le cerveau n'est pas conçu pour pallier à ce genre d'éventualité. Ça c'est pas facile à défaire. La mère peut bien être démente , Mais il est clair que si la personne est là, en vie, c'est que la vie veut qu'elle soit là.
     
  30. katia (zoulouk)

    katia (zoulouk)

    Inscrit:
    22 Avril 2009
    Ce qu'on pense effectivement provient des conditionnements passés.
    Le lien affectif... mérite d'amples discours... très difficile de lutter...Il est peut-être le fondement de tout...?
     
Chargement...