La mécanique de la transe.

Discussion dans 'Le café de l'hypnose' créé par Leo Lavoie, 3 Mars 2009.

  1. Leo Lavoie

    Leo Lavoie Membre

    Inscrit:
    7 Janvier 2009
    Messages:
    2269
    J'aime reçus:
    6
    Points:
    2430
    Localité:
    Montréal Québec
    Je conçois bien qu'une fois que l'on a détourné le facteur critique de la pensée alors on a accès au subconscient et que tout ce passe là et wouala! Ok...Ça ça va. :) :arrow:

    Mais diantre de diantre...quelle est la mécanique qui permets cette mise de côté de ce facteur critique? Comment peut-t-on mettre quelqu'un dans un état de transe avec des mots et des gestes même avec l'assentiment du sujet? C'est quoi la mécanique de ça? Il se passe quoi au juste? Pourquoi on a soudain plus de mécanismes de défenses et que notre inconscient est exposé comme ça alors qu'il y a 5 minutes, il aurait mobilisé tout notre cerveau et notre être pour se dissimuler?

    Je ne piges pas et JE VEUX PIGER!!! :shock:
     
  2. Eluno

    Eluno Membre

    Inscrit:
    5 Octobre 2008
    Messages:
    618
    J'aime reçus:
    0
    Points:
    1660
    Tout simplement parce que c'est TOI qui demande à communiquer à l'Inconscient du sujet.
    L'inconscient répondant aux suggestions, il obéit...
     
  3. nexia

    nexia Membre

    Inscrit:
    2 Février 2009
    Messages:
    69
    J'aime reçus:
    0
    Points:
    1160
    Localité:
    Lille
    Bonjour Léo,

    Induire une transe comme le montre DOV AÏM dans sa vidéo sur les inductions rapides *** Pour voir ce lien, enregistrez vous *** est toujours réellement impressionnant, même pour moi qui pratique le plus souvent ce type d'induction.

    Je ne m'explique toujours pas le mécanisme mais les "recettes" qu'il donne pour y arriver sont les bonnes:
    - Créer l'attente, le sujet "sent" qu'il va se passer quelque chose.
    - Confusionner

    Mais ces deux éléments ne suffisent pas:
    - Y ajouter une bonne dose de charisme
    - Préparer le sujet pour qu'il soit certain que cela va se passer.

    Et même dans ces conditions on y arrive que sur 30% des personnes, ce qui impose de:
    - Sélectionner les sujets très réceptifs par des tests de suggestibilité.
    - Ou/et de se préparer à gérer un échec.

    Vous constaterez que ce type d'induction est très méconnue même par les professionnels puisque si vous suivez le lien donné ci dessus vous pourrez lire la réaction d'un formateur en hypnose Ericknonienne:

    Ou d'une autre personne:
    Alors que si vous interrogez les personnes ayant bénéficié de ce type d' induction elle vous décriront la sensation "De ne pas l'avoir vu venir" de "rapidité", de "perte de controle"... Mais pas de sensation désagréable ou violente.

    C'est ce qui pose un problème de communication sur ce forum, beaucoup n'ont pas vécu ce type d'induction, pratiqué ce type d'induction, ou simplement vu ce type d'induction autrement qu'en vidéo...

    D'autre part un sujet hypnotisable par ce type d'induction est très réceptif et entre en transe profonde très rapidement, transe profonde qu'apparemment beaucoup ne connaissent pas non plus...

    Si on sait comment provoquer ce type de transe, son mécanisme reste pour moi aussi mystérieux que le simple sommeil, même si j'ai de bonnes connaissances de la physiologie et la pathologie du sommeil.

    Cordialement,

    Nexia.
     
  4. Eluno

    Eluno Membre

    Inscrit:
    5 Octobre 2008
    Messages:
    618
    J'aime reçus:
    0
    Points:
    1660
    Je reste sur ma réponse :)
    Et je me ferais un plaisir de la développer
     
  5. nexia

    nexia Membre

    Inscrit:
    2 Février 2009
    Messages:
    69
    J'aime reçus:
    0
    Points:
    1160
    Localité:
    Lille
    Nous sommes d'accord Elumo,

    Voici un autre type d'induction, elle n'est pas de moi, simplement copiée sur un site qui traite de la manipulation amoureuse, vous constaterez que la transe obtenue n'est pas la meme que celle obtenue sur la vidéo de Dov Aim, je ne suis meme pas sure que les mécanismes profonds soient mes memes:

    Alors que vous me lisez bien calmement, en vous concentrant totalement sur ces mots… Arrivez-vous à porter votre attention dans les zones de contact de vos pieds avec le sol ? Pouvez-vous prendre conscience de ce qu’il se passe MAINTENANT dans vos pieds … ? OUI, là, tout de suite, maintenant, dans vos pieds ? Peut-être y ressentez-vous une agréable CHALEUR… ou bien plutôt une grande LOURDEUR envahir vos pieds… comme s’ils étaient EN PIERRE… doucement et sûrement … de plus en plus ?
     
  6. Leo Lavoie

    Leo Lavoie Membre

    Inscrit:
    7 Janvier 2009
    Messages:
    2269
    J'aime reçus:
    6
    Points:
    2430
    Localité:
    Montréal Québec
    Ben déjà de dire qu'on n'en connais pas la mécanique ça me déçoit un peu mais au moins on ne me donne pas de réponses vides.

    Ben oui, là Eluno...J'attends le développement moi... 8)

    Mais je ne parlais pas juste des inductions rapides mais de toutes les inductions. Il doit y avoir des hypothèse de mécanique quelque part. :shock:
     
  7. Altmaier

    Altmaier Membre

    Inscrit:
    25 Août 2008
    Messages:
    1503
    J'aime reçus:
    2
    Points:
    2020
    Localité:
    Nouvelle Calédonie
    Bonjour léo,
    Je ne connais pas très bien la mécanique non plus, mais pourquoi écrivez vous qu'en hypnose on perd le facteur critique, que l'inconscient est exposé,
    Si vous lisez les interventions de la plupart des posteurs professionels de ce forum, ils disent tous qu'on ne perd pas le sens critique, et qu'on n'est pas exposé à quoi que ce soit de négatif.

    Moi, je voudrais comprendre pourquoi vous croyez cela!!!

    Cordialement.

    Jurgen
     
  8. Klok

    Klok Membre

    Inscrit:
    21 Février 2009
    Messages:
    58
    J'aime reçus:
    0
    Points:
    1460
    hérétique !
    "Pour le pourquoi on va voir un psychanalyste, si on veut changer pour être plus fonctionnel on s'en fout pourquoi on chercher comment changer..." :lol: :lol: :lol: :lol:

    Plus sérieusement (ou pas) je te conseille "The dark side of the inner child - the next step" de Stephen Wolinsky
    non pas que ce soit une référence (ça dépend pour qui ^^) mais ce livre ne traite que du pourquoi des transes
    Ce peut être une première piste / source d'information pour toi.
    Il existe en français (ni ange ni démon) mais perso je ne le trouve plus.
    Je te conseille également de chercher l'inverse c'est à dire à sortir de transes...c'est une piste pour mieux appréhender le fait d'y être - ou pas
    à mon avis ça se goute et se comprend plus que ça ne s'explique pour se savoir :)

    Sans transes on est dysfonctionnel de toutes façons... (NB : ce qui n'implique pas de les subir)

    alors pourquoi et d'où ça vient ?
    .parce que. de ton cerveau :?:

    :lol:
     
  9. castorix

    castorix Membre

    Inscrit:
    14 Novembre 2005
    Messages:
    1180
    J'aime reçus:
    3
    Points:
    2250
    Bonsoir,

    Voilà des questionnements très stimulants.


    Lire pour cela Ernest Rossi est vraiment très intéressant... ses propos sur les cycles ultradiens les ondes p300 et autres, suggèrent que même un thérapeute incapable finira par croiser une transe si la séance est assez longue :lol: !! (heu... enfin c'est mon interprétation, pour traduire à l'extrême ce que j'en comprends). J'aimerais bien l'avis de Chadoc à ce propos...
    En tout cas cela se vérifie très souvent en séance de psychanalyse, pour autant que j'en sache, c'est alors plutôt spontané et non délibérément déclenché par le thérapeute ! :roll:

    D'autre part quand on regarde M.H. Erickson travailler, il n'hypnotise pas le sujet, il évite de l'empêcher d'entrer en transe :) , dans une transe dont il a rendu le thème souhaitable pour (et souhaité par) la personne (p. ex. : régression après l'évocation des processus d'apprentissage). Je reprends ici des opinions congruentes avec les écrits de Jay Haley ou Jeffrey Zeig entre autres ; lire aussi Thierry Melchior.

    Pour répondre très directement à Léo je pourrais dire : selon notre état de conscience, qui balance entre perceptions externes et représentations internes, l'importance ou la priorité de tel ou tel problème est bien évidemment relative et dépend donc du contexte...

    Exemple :shock: :shock: : si je suis investi dans mon imaginaire optimiste et mes souvenirs agréables, qu'ai-je à faire d'une douleur dentaire ??
    Beaucoup moins que si je me focalise sur le bruit de la roulette et le souvenir des peurs d'enfant chez mon dentiste d'autrefois...
    Donc la transe donne des choix différents... qui sont parfois plus adaptés aux circonstances...


    Alors là, franchement, cela sent la tautologie à plein nez... :wink: "ça marche parce que tu es efficace"
    (hum, on peut le présenter dans le sens inverse... :wink: )


    Je me permettrai la même remarque : on pourrait écrire à la place :
    d'autre part un sujet très réceptif (que je traduis : sujet tout-à-fait d'accord pour vivre cette expérience à la manière du thérapeute) est (déclaré) très hypnotisable...

    Ce qui n'est pas contredit, Nexia, par les chiffres que vous évoquez de 30 % de réussite des méthodes directives que vous décriviez :
    1/3 sont d'accord, 1/3 sont opposants, et sans doute 1/3 qui hésite à "lâcher prise" et que le thérapeute astucieux pourra "convaincre" de se laisser séduire par la transe proposée...

    Si je pousse mon commentaire, je pourrais dire que... ces méthodes marchent avec les personnes qui "sont très d'accord" (je crois que c'est d'ailleurs ce que vous semblez partager, d'après certains messages ?).

    Or, et c'est juste une réflexion liminaire, en tant que thérapeute je souhaite pouvoir être utile même lorsque les sujets sont dans le troisième tiers... Celui qui "résiste" dit-on parfois...

    Aussi, je ne peux pas me satisfaire des seules approches que sont des inductions rapides et méthodes directives (nous parlons des 4 à 8 premières séances).
    De même que je ne peux absolument pas souhaiter employer la transe hypnotique à tout stade d'une thérapie (dans un cas général)...
     
  10. nexia

    nexia Membre

    Inscrit:
    2 Février 2009
    Messages:
    69
    J'aime reçus:
    0
    Points:
    1160
    Localité:
    Lille
    Bonjour Léo,

    Je pense qu’il sera bien difficile de vous donner une réponse tout à fait satisfaisante.
    En pratiquant l’hypnose de façon régulière, on en arrive à simplement à constater que le sujet est en transe, sans se poser plus de question que si on le voyait en éveil ou en sommeil, considérant (Et c’est le cas) que la transe est un état naturel.

    Cependant comprendre ce qui se passe pendant l’induction vous aidera certainement à mieux appréhender ce qui se passe pendant la transe.

    Cet exemple s'y prete très bien:

    Alors que vous me lisez bien calmement, en vous concentrant totalement sur ces mots… Arrivez-vous à porter votre attention dans les zones de contact de vos pieds avec le sol ? Pouvez-vous prendre conscience de ce qu’il se passe MAINTENANT dans vos pieds … ? OUI, là, tout de suite, maintenant, dans vos pieds ? Peut-être y ressentez-vous une agréable CHALEUR… ou bien plutôt une grande LOURDEUR envahir vos pieds… comme s’ils étaient EN PIERRE… doucement et sûrement … de plus en plus ?

    -1 - alors que vous me lisez bien calmement, en vous concentrant totalement sur ces mots

    Je décris un fait réel que votre esprit critique ne cherche pas à contester, alors que vous me lisez bien calmement que je relie à l’état souhaité, la concentration sur mes mots en vous concentrant totalement sur ces mots

    -2- Arrivez-vous à porter votre attention dans les zones de contact de vos pieds avec le sol ?

    J’oriente votre pensée là ou je veux, sur vos pieds. Mais sous forme de question, ce n’est pas directif, votre esprit critique laisse passer pensant qu’il à le choix.
    Alors que pour comprendre la question le sujet va effectivement porter son attention sur ses pieds, ce qui est mon but, et va « se répondre » oui, j’y arrive, donc accepter mon processus.
    ( Globalement le YES-SET en langage Ericksonnien )

    -3- OUI, là, tout de suite, maintenant, dans vos pieds ? Peut-être y ressentez-vous une agréable CHALEUR… ou bien plutôt une grande LOURDEUR envahir vos pieds… comme s’ils étaient EN PIERRE… doucement et sûrement … de plus en plus ?

    Intensification du processus qui vous fait passer de l’éveil conscient avec esprit critique à un début de transe très légère où actuellement seuls comptent les sensations que je vous demande de ressentir dans vos jambes, il n’y a plus d’esprit critique et si on demandait maintenant au sujet de ressentir un autre type de sensation par d’autres suggestions il y adhérerait certainement.

    Par contre si à ce stade vous suggérez au sujet qu’il est entrain de composer son code de carte bancaire à un distributeur et de prononcer les numéros, il sortira bien vite de transe.

    Avec l’induction de Dov Aim vous passez rapidement en transe profonde sans esprit critique du tout et obtenez sans problème son code de carte bancaire.

    Ceci pour en revenir à la question de Léo :

    On peut se représenter l’état d’éveil comme une règle de 20 cm,
    l’état de transe la plus profonde avec absence de l’esprit critique représenté par le 0,
    l’état conscient vigile avec tout son esprit critique par le 20

    Pour le sommeil il faut une autre règle, la transe étant considérée comme un état d’éveil.

    J’espère que bien d’autres représentations de la transe seront détaillées dans ce topic, plus il y en aura plus on s’approchera de celle qui peut nous convenir.

    Comme je l’ai déjà dis, nous n’avons toujours pas trouvé le chaînon manquant qui reliera conscient et inconscient, comme le quanton unifie la dualité onde / particule en physique quantique.

    Pas trop de critique, merci d’avance, pour cette fois on pourrait essayer d’être constructif.

    Cordialement,

    Nexia.
     
  11. nexia

    nexia Membre

    Inscrit:
    2 Février 2009
    Messages:
    69
    J'aime reçus:
    0
    Points:
    1160
    Localité:
    Lille
    Cette approche ne me dérange pas car elle cadre avec votre raisonnement, et en attendant "La Thèorie" indiscutable sur l'hypnose qui mettra tout le monde d'accord, nous sommes bien obligés d'en employer une (ou plusieurs selon les situations et les patients) surtout en thèrapie pour élaborer une stratégie cohérente.

    Pour la petite histoire je suis à mon grand regret totalement réfractaire aux inductions rapides et malgré mon désir de la vivre, je n'ai jamais connu la transe profonde.

    Je suis tout à fait d'accord et j'ai souvent précisé que je ne m'inscrivais pas en tant que thérapeute mais dans une recherche fondamentale sur l'hypnose.
    Loin de moi l'idée de critiquer les travaux d'Erickson, d'autant qu'il a aussi créé une méthodologie permettant d'appliquer plus facilement l'hypnose à la médecine ou plus largement à la thérapie.

    Cordialement,

    Nexia.
     
  12. Eluno

    Eluno Membre

    Inscrit:
    5 Octobre 2008
    Messages:
    618
    J'aime reçus:
    0
    Points:
    1660
    Mais non Castorix, ce n'est pas ce que je voulais dire :D

    Laissez-moi aller bosser, je développerais ce soir ce que j'en pense! ;)
     
  13. Klok

    Klok Membre

    Inscrit:
    21 Février 2009
    Messages:
    58
    J'aime reçus:
    0
    Points:
    1460
    Bien que (contrairement à The dark side of the inner child) ce livre ne traite pas directement de la mécanique de la transe je pense que tu peux y trouver (si tu ne l'as pas déjà lu) des informations (ou sources et renvois) intéressantes quant à ton questionnement.

    C'est un essai théorique des méthodes de thérapies pratiqués par qq membres du Mental Research Institute ayant étudié l'hypnose entre autres éricksonienne et s'en servant lors avec leurs patients.

    Changements - paradoxes et psychothérapie

    P. Watzlawick
    J. Weakland
    R. Fisch

    éditions Seuil

    *** Pour voir ce lien, enregistrez vous ***
    *** Pour voir ce lien, enregistrez vous ***

    (oui je met toujours deux liens, je ne veux pas faire de pub abusive pour amazon!! :p)


    [​IMG]
     
  14. nexia

    nexia Membre

    Inscrit:
    2 Février 2009
    Messages:
    69
    J'aime reçus:
    0
    Points:
    1160
    Localité:
    Lille
    Bonjour Léo,

    On peut aussi mieux appréhender la transe en la replaçant dans un contexte naturel et non comme un objet de recherche ou un outil thérapeutique..

    Par exemple l'écolier qui "rêve" en plein cours et qui met trente secondes pour sortir de transe quand l'instituteur le rappelle à l'ordre...

    Ou l'automobiliste qui s'aperçoit dix kilomètres plus loin qu'il à raté la sortie d'autoroute sur un trajet qu'il emprunte tous les jours, Totalement absorbé par un problème qui le préoccupe....

    Il faut être hypnotiseur pour se poser des questions sur ces phénomènes que le commun des mortels comprend d'instinct!

    La transe est un état où l'esprit critique n'existe plus, plus d'instituteur, plus de code de la route, qui permet de se concentrer sur un plaisir ou une préoccupation... Il n'y a plus de temps, de passé, de présent, de futur, de bruit, de danger qui importe et empêche notre inconscient de s'exprimer...

    Cordialement,

    Nexia.
     
  15. chadoc

    chadoc Membre

    Inscrit:
    4 Mars 2008
    Messages:
    167
    J'aime reçus:
    2
    Points:
    2020
    Localité:
    BORDEAUX
    Cher Castorix, je ne saurais mieux dire. Effectivement, dans la transe la conscience se focalisant de façon prédominante sur les processus internes aux détriments des perceptions externes, au bout d'un certain temps, l'esprit critique n'a plus trop de grain à moudre, surtout si le discours de l'hypnotiseur est quasiment vide de tout contenu criticable, grâce au langage flou et nombreux truismes chers aux ericksoniens, la musique (ton de voix, tempo, etc...) devient plus importante que les paroles.
    Souvenez-vous comme vous bailliez rapidement quand vous entendiez parler certains hommes politiques :)
    Certains vont même jusqu'à s'endormir sur les bancs de l'Assemblée :)
     
  16. Eluno

    Eluno Membre

    Inscrit:
    5 Octobre 2008
    Messages:
    618
    J'aime reçus:
    0
    Points:
    1660
    Alors voici ma description de la transe, après pré- réflexion, donc à maturer, détaillés selon les modes d'induction (liste non exhaustive) :

    -Si la transe est provoquée brusquement, comme la peur : le néocortex est complètement sublimé, et seul subsiste le cerveau reptilien, celui de la part animale, le centre de securité en quelque sorte. Il permet alors à la personne de se mettre en mode survie, et de gérer la situation selon ce mode. Ainsi, plus aucun esprit critique, simplement des actes réflexes, jugés les meilleurs par le reptilien. C'est également là que s'installent les phobies. C'est en fait une transe profonde instantanée, et le programme survie (face à un chien par exemple) est bien installé!

    -En cas de transe induite, il s'agit plutôt d'encourager l'IC de la personne au fur et à mesure qu'elle prend de la place dans sa conscience, tout comme on encourage un enfant à s'exprimer plus encore.
    Ainsi, par le processus d'observation-ratification, on amplifie les mouvement inconscients, jusqu'à complètement sublimer le conscient de la personne. Au final, l'IC "content" d'être écouté, s'exprimera beaucoup plus librement. "Et certains mouvements peuvent se faire sans y apporter votre volonté, voiiiilà! coooomme ca... Certaines parties de vous, comme... ce doigt qui bouge... peuvent s'exprimer, maintenant qu'elles sont entendues..." etc.

    Bon, j'ajoute par avance que ce que je dis là est assez simplifié (après une looongue journée de travail, je ne peux pas faire plus :D), mais l'esprit est là, du moins celui de ma vision de la mécanique de la transe. J'espère avoir l'occasion d'approfondir un peu plus avec vous, en tenant compte de vos critiques et de vos idées.
     
  17. nexia

    nexia Membre

    Inscrit:
    2 Février 2009
    Messages:
    69
    J'aime reçus:
    0
    Points:
    1160
    Localité:
    Lille
    Bonjour,

    A ce stade il est intéressant d’essayer de donner une définition de la transe et de son mécanisme qui pourrait, sinon convenir à tout le monde, au moins n’être en totale contradiction avec personne…

    En tenant compte de vos points de vues, en voici un « premier jet » qui ne demande qu’a être modifié, rectifié, complété.

    La transe est un état naturel, agréable ou utile,(1) dont la survenue est limitée par l'influence de l’environnement que doit gérer l’esprit critique.
    La transe est, ou permet, l’expression de l’inconscient, siège des processus et représentations internes.
    La transe survient lors d’une baisse de l’esprit critique :
    - Naturellement lorsque celui-ci juge que les perceptions externes, gérées par le conscient, ne sont plus suffisamment importantes.
    - Ou artificiellement, par une induction rapide ou progressive.

    L’induction progressive permet l’entrée en transe sur un thème précis, souhaité pour (ou par ) le sujet, et choisit par l’hypnotiseur.
    Son mécanisme est une baisse de l’esprit critique par le biais d’observations-ratifications, amplification des mouvements inconscients, discours de l'hypnotiseur quasiment vide de tout contenu critiquable, grâce au langage flou et nombreux truismes, favorisant l’expression des processus et représentations internes de l’inconscient, aux dépends des perceptions externes et de l’expression du conscient. La transe obtenue peut être qualifiée de légère, elle peut être obtenue chez quasiment 100% des personnes.

    L’induction rapide permet l’entrée en transe généralement sur le thème du sommeil.
    Son mécanisme est la création d’une confusion rapide provoquant une démission de l’esprit critique, celui ci se réfugiant alors dans le thème du sommeil qui lui est proposé.
    Cette transe ne peut être obtenus que sur un pourcentage limité de personnes. (30% ?).

    Cordialement,

    Nexia.
    .
    (1) Référence à l’écolier qui « rêve » (Agréable), et à l’hypnose « de l’autoroute » (Concentration sur un problème)
     
  18. Altmaier

    Altmaier Membre

    Inscrit:
    25 Août 2008
    Messages:
    1503
    J'aime reçus:
    2
    Points:
    2020
    Localité:
    Nouvelle Calédonie
    Bonjour tout le monde.

    Je ne pense pas qu'il faille parler de démission de l'esprit critique, même en transe profonde, il subsiste toujours un pare feu.
    Pour ma part, je définirais la transe comme un état d'hyper vigilance, qu'elle soit légère ou profonde, le sujet en transe développe des ressources inexploitées en état de veille normal. Et plus la transe est profonde, et plus ces ressources augmentent.

    L'expérience de la catalepsie, qui permet à une personne en état d'hypnose profond de raidir son corps de façon à pouvoir rester raide entre deux chaises, sans eprouver aucune fatigue, abonde dans ce sens.

    Maintenant, si le sujet se réfugie dans le sommeil, il me semble qu'il n'est alors plus en état d'hypnose.

    L'induction rapide que j'utilise dans 95% des cas permet d'obtenir des transe variables, mais pas toujours très profondes à la première séance.
    Ce sont les répétitions de mise en état d'hypnose par induction rapide qui permettent au sujet d'approfondir sa transe. Et c'est toujours le sujet en état d'hypnose qui décide de la profondeur de sa transe. mais le pourcentage de 30% me parait quand même faible.

    Voila mon avis, mais je reste ouvert à toute critique, qu'elle soit positive ou non.

    Bien à vous,

    Jurgen
     
  19. Eluno

    Eluno Membre

    Inscrit:
    5 Octobre 2008
    Messages:
    618
    J'aime reçus:
    0
    Points:
    1660
    Je suis daccord avec toi Jurgen, sur le fait que tout le monde peut expérimenter un état de transe profonde.
    Il s'agit simplement d'avoir la bonne personne au bon moment.
    Pratiquement, si aujourd'hui j'entre en transe profonde avec toi Jurgen, demain, je peux très bien resté en transe légère.
     
  20. surderien

    surderien Moderateur Membre de l'équipe

    Inscrit:
    16 Juillet 2008
    Messages:
    6530
    J'aime reçus:
    631
    Points:
    7180
    Localité:
    Suscinio 56
    Bonjour Léo

    Le fil de votre question s'est un peu élargi...

    Piger ou ne pas piger là est la question


    Léo, vous partez donc du constat que l’hypnose marche

    et vous essayez de comprendre pourquoi !

    Alors c’est que votre inconscient a déjà pris les choses en main et que dans votre pratique personnelle

    et professionnelle l’hypnose est partie prenante…


    Votre conscient veut : piger

    Dans une logique de compréhension cartésienne…

    Mécanique ou quantique ?

    Dans une logique de compréhension cartésienne ?


    Einstein a dit « Notre mode de pensée crée des problèmes que le même mode de penser ne peut résoudre »

    Votre question étant de mode cartésien, elle a donc sa solution dans un mode non cartésien, non logique, non analytique…


    Partant de là

    Tout est possible, le principal c’est que çà marche


    Après que ce soit symbolique, métaphorique, supra quantique ou autre

    C’est une autre histoire…


    8)



    PS : Pour une thérapie en ligne.

    avec ou sans hypnose ?


    :roll:
     
  21. nexia

    nexia Membre

    Inscrit:
    2 Février 2009
    Messages:
    69
    J'aime reçus:
    0
    Points:
    1160
    Localité:
    Lille
    C’est bien pour cela que je n’ai pas associé induction rapide et transe profonde.
    Et que j’ai mis le pourcentage (30%?) entre parenthèses avec un point d’interrogation.
    C’était une simplification un peu « rapide», mes chiffres réels sur l’induction rapide sont pour 100 personnes :
    - 30 entrent en transe, qui peut devenir profonde très rapidement.
    - 50 entrent en transe, qui reste légère ou plus longue et difficile à approfondir.
    - 20 sont réfractaires à l’entrée en transe par cette méthode.

    Il est vrai que la répétition des mises en hypnose permet à la fois
    - D’augmenter la vitesse de mise en transe.
    - D’obtenir plus facilement une transe profonde.
    On considérera donc des sujets bénéficiant de leur première induction
    pour ne pas tenir compte d’un phénomènes d'hystérésis.

    Je ne dis pas que le sujet s'endort mais que que l'hypnotiseur évoque le plus souvent le thème de sommeil, (Ou de transe pour un sujet initié).

    Plus concrètement: Que dites vous le plus souvent à votre patient à la fin de l'induction rapide comme suggestion? Un truc du style "Endormez vous profondément?"

    C’est probable, ne pouvant prévoir quand survient ce bon moment (M), on considère que les personnes sont vues à un instant (T) quelconque lors de l’induction.

    J’aimerais avoir des précisions de Castorix (Et de ceux qui pratiquent essentiellement des inductions «progressives») :

    Le choix du thème lors de l’induction est il systématiquement en rapport avec le motif de consultation ? Ou répond t il à d’autres critères ? Ou avez-vous des thèmes préfèrès ?

    Cordialement,

    Nexia.
     
  22. Eluno

    Eluno Membre

    Inscrit:
    5 Octobre 2008
    Messages:
    618
    J'aime reçus:
    0
    Points:
    1660
    En général, pour ce que j'en sais et en ai pratiqué, le thème d'induction est fonction du problème du patient.

    Par exemple, s'il a besoin d'une simple désactivation d'ancre, on pourra d'entrée l'induire par remémoration d'un souvenir agréable, sentiment agréable que l'on ancrera.

    Pour quelqu'un qui a du mal à lâcher prise, une induction classique et rapide sera toute indiquée.

    Pour quelqu'un de réfractaire à l'hypnose, on pourrait le prendre par surprise avec une confusion : interruption de pattern, ou par la balance inspir-fermeture des yeux, par exemple.

    Pour un problème d'érection, la catalepsie...

    Du mal à prendre une décision? Une induction par dissociation...

    Pour quelqu'un qui voit ses expériences passées comme des traumatismes, sans en tirer les apprentissages, alors on peut faire sortir des doubles de son corps à différents âges. Je l'ai déja expérimenté, et c'est très chargé en émotions :)


    C'est marrant au départ, je ne comptais pas donner autant d'exemple, j'ai appris en même temps que je vous ai répondu :D Merci Nexia

    Biensur, je laisserai le soin aux autres de compléter ou rectifier (voire contredire) mes dires
     
  23. surderien

    surderien Moderateur Membre de l'équipe

    Inscrit:
    16 Juillet 2008
    Messages:
    6530
    J'aime reçus:
    631
    Points:
    7180
    Localité:
    Suscinio 56
    :) Merci Eluno pour tes infos

    C'est marrant au départ, je ne comptais pas donner autant d'exemple, j'ai appris en même temps que je vous ai répondu
    Merci Nexia


    L'hypnose c'est aussi çà : un lubrifiant mental facilitateur !

    :roll:
     
  24. nexia

    nexia Membre

    Inscrit:
    2 Février 2009
    Messages:
    69
    J'aime reçus:
    0
    Points:
    1160
    Localité:
    Lille
    Bonjour Eluno,

    Moi aussi j'apprends beaucoup de cette question de Léo, tenter de donner une définition de la transe à partir de ses mécanismes de survenue, en tenant compte du ressenti et des convictions de chacun acquis par la pratique est très enrichissant.

    Votre explication du mécanisme d’induction rapide dans le cadre du concept du cerveau triunique de Paul Mac Lean par exemple est très intéressante, ce qui me gênait c’était de ne pas pouvoir facilement utiliser ce concept dans les 3 types d’induction :
    - Naturelle (Hypnose de « l’écolier ou de « l’autoroute »)
    - Rapide
    -Progressive

    Personnellement je n’arrive pas à donner une explication cohérente de ces trois modes d’induction sans tenir compte du concept d’esprit critique.

    J’aimerais faire une synthèse des divers thèmes employés dans les inductions progressives, j’attends d’autres avis… Le but étant de donner un avis qui ressort réellement de sa pratique et non une liste exhaustive.

    Dans un premier temps il serait intéressant de savoir si dans la définition de la transe par ses mécaniques d’induction proposée:

    - Il y a une chose qui vous choque et que vous ne pouvez accepter.
    - Il y a une chose essentielle qui manque


    La transe est un état naturel, agréable ou utile,(1) dont la survenue est limitée par l'influence de l’environnement que doit gérer l’esprit critique.
    La transe est, ou permet, l’expression de l’inconscient, siège des processus et représentations internes.
    La transe survient lors d’une baisse de l’esprit critique :
    - Naturellement lorsque celui-ci juge que les perceptions externes, gérées par le conscient, ne sont plus suffisamment importantes.
    - Ou artificiellement, par une induction rapide ou progressive.

    L’induction progressive permet l’entrée en transe sur un thème précis, souhaité pour (ou par ) le sujet, et choisit par l’hypnotiseur.
    Son mécanisme est une baisse de l’esprit critique par le biais d’observations-ratifications, amplification des mouvements inconscients, discours de l'hypnotiseur quasiment vide de tout contenu critiquable, grâce au langage flou et nombreux truismes, favorisant l’expression des processus et représentations internes de l’inconscient, aux dépends des perceptions externes et de l’expression du conscient. La transe obtenue peut être qualifiée de légère, elle peut être obtenue chez quasiment 100% des personnes.

    L’induction rapide permet l’entrée en transe généralement sur le thème du sommeil.
    Son mécanisme est la création d’une confusion rapide provoquant une démission de l’esprit critique, celui ci se réfugiant alors dans le thème du sommeil qui lui est proposé.
    Cette transe ne peut être obtenus que sur un pourcentage limité de personnes. (A définir)


    Cordialement,

    Nexia.
    .
    (1) Référence à l’écolier qui « rêve » (Agréable), et à l’hypnose « de l’autoroute » (Concentration sur un problème)
     
  25. Altmaier

    Altmaier Membre

    Inscrit:
    25 Août 2008
    Messages:
    1503
    J'aime reçus:
    2
    Points:
    2020
    Localité:
    Nouvelle Calédonie
    S'il est vrai que j'utilise souvent le mot "sommeil" comme mot clef ou ancrage, comme disent les ericksoniens, je ne dis jamais "endormez vous," mais plutôt, "vous basculez dans un état d'hypnose de plus en plus profond"
     
  26. Altmaier

    Altmaier Membre

    Inscrit:
    25 Août 2008
    Messages:
    1503
    J'aime reçus:
    2
    Points:
    2020
    Localité:
    Nouvelle Calédonie
    Comme je l'ai déjà dit, la seule chose que je ne peut accepter, c'est cette notion de démission de l'esprit critique, pour le reste, on pourra toujours jouer sur les mots, mais je pense que globalement, tout le monde s'y retrouvera.

    Bien à vous,,
    Jurgen
     
  27. castorix

    castorix Membre

    Inscrit:
    14 Novembre 2005
    Messages:
    1180
    J'aime reçus:
    3
    Points:
    2250
    Bonjour,

    Je souhaite répondre à Eluno sur un point (ci-dessous).

    En revanche et pour commencer, je ne définirai pas la transe hypnotique autrement que comme une inversion de la prédominance des références externes (perceptions et réactions s'y reliant) par rapport aux références internes (représentations déjà constituées et imagination).

    Autrement dit, je remplace la transe par les états de transe, et je ne sais pas où placer la frontière sur le continuum.

    C'est d'ailleurs ce qui fait que je ne conteste pas :eek: les collègues qui avancent un aphorisme du genre "tout est hypnose", parce que si je ne crois pas du tout à cela, je le prends comme une affirmation un peu carrée de cet autre aphorisme :
    "il n'est pas toujours évident de dire où commence et où finit la transe par rapport à l'EOC, d'autant que l'état de conscience est susceptible de varier en permanence pour des raisons internes comme externes" (moins carré, non ?!).

    C'est aussi la raison pour laquelle je crois fermement à l'existence de ce que l'on veut bien appeler l'hypnose conversationnelle : lorsque l'on est au bon endroit pour traiter d'une difficulté du sujet, ce bon endroit n'est pas forcément en profondeur !

    De cette manière, un bon mot d'esprit peut soudainement désamorcer totalement une conversation qui tournait au vinaigre, par un effet de recadrage bénéfique portant sur l'ordre plus que sur l'index (au sens donné par les systémiciens). Et aucun besoin de transe profonde dans ce cas, ni même d'induction.



    Je ne crois pas du tout que ce soit de la même transe qu'il s'agit, lorsque ma patiente expérimente l'hypnose à la Ernesto Rossi, et lorsque le lièvre se tapit dans un sillon à 4 mètres du chasseur.

    Dans ce dernier cas c'est une sidération, et il s'agit d'une réaction tenant compte de la dominance de l'un des trois systèmes physiologiques : hypothalamo-hypophysaire, médullo-surrénalien, et cortico-surrénalien.

    Voir pour cela la théorie de Laborit sur la réaction au stress et " les 3 F " des anglo-saxons par ailleurs.
     
  28. Eluno

    Eluno Membre

    Inscrit:
    5 Octobre 2008
    Messages:
    618
    J'aime reçus:
    0
    Points:
    1660
    Relis ce que j'ai écrit Castorix, j'ai bien commencé par "si la transe est provoquée brusquement, comme la peur"
    Je ne vais pas te contredire, tu es médecin, et donc plus informé sur la physionomie, mais je rétablis simplement ce que j'ai dit dans son contexte.

    J'ai scinder les inductions en groupes (et non les transes, ou les états de transe), et j'ai bien précisé que celle-ci est provoquée par la peur.
     
  29. Leo Lavoie

    Leo Lavoie Membre

    Inscrit:
    7 Janvier 2009
    Messages:
    2269
    J'aime reçus:
    6
    Points:
    2430
    Localité:
    Montréal Québec
    Ben c'est que je pratique la thérapie analytique, cependant j'ai adopté il y a un bon bout, une adaption d'une démonstration de Bernard Shaw (C'est Bernard son nom? Je ne me rappelle plus) qui est une visualisation de l'enfant en soi pris en charge, en affection et en protection par l'adulte en soi.

    Je l'ai adapté et je l'adapte à chaque ças, bien sûr. Mais c'est un processus qui se rapproche beaucoup de la suggestion hypnotique. Et tout ça, pour moi, s'inscrit dans une logique psychologique très claire ou, enfin, assez claire.

    Oui, je veux piger... Je veux piger parce que c'est comme ça que je fonctionne et que j'ai formé mes propres concepts, théories et pratiques, en psychologie dynamique ou psychanalyse. Je ne veux PAS être un technicien, je veux être ce que j'ai toujours été, un théoricien et un praticien et, sans être un "maître", maitriser le sujet à ma satisfaction.

    Je veux adapter les concepts de l'hypnose à ma pratique d'abord et en faire un outil comme un couteau que j'aiguiserai à ma convenance mais qui restera, j'en conviens, un couteau. Je ne veux pas en faire une fourchette. :roll:
     
  30. Leo Lavoie

    Leo Lavoie Membre

    Inscrit:
    7 Janvier 2009
    Messages:
    2269
    J'aime reçus:
    6
    Points:
    2430
    Localité:
    Montréal Québec
    Si je peux me permettre. Il y a des choses qui me semblent claires et je vais essayer de les colliger ici là...

    D'abord, merci mille fois à tout le monde qui ont tenté de trouver une façon de le formuler d'abord pour eux même et, ensuite, ici à mon intention.

    Bon, pour moi et ma compréhension des choses Nexia et Eluno m'ont fait avancer.

    D'abord, je suis entièrement d'avis que, oui, l'esprit critique, est contourné. Il ne s'agit pas de l'esprit critique de tout le cerveau et que l'inconscient ne protège plus rien, il s'agit de l'esprit critique qui est situé dans le conscient et dont l'inconscient se sert pour sa protection. Il s'agit de celui là. Il est de toute évidence rendu caduque et inopérant en proportion de la profondeur de la transe. J'entends bien celà. Ça fonctionne pour mon raisonnement.

    Et le terme "la démission" de l'esprit critique qu'a utilisé Nexia est aussi pas mal sensé dans le sens entendu plus haut de l'esprit critique du conscient.

    Ce qui est étrange cependant c'est que c'est que l'accession à la transe et le passage de l'état d'émergence à l'état de transe et vice versa n'est pas linéaire. C'est comme le passage d'une pièce à une autre pièce mais à travers un passage avec un mot de passe. Le passage semble étroit mais l'état de transe semble ne pas "vouloir" constamment et naturellement revenir à l'état d'éveil. Il faut donc un mot de passe aussi (ou un certain temps) pour revenir à l'état d'éveil...

    TOut ça alors que l'inconscient tient habituellement mordicus à cet esprit critique conscient qu'il utilise comme bouclier en étant certain que "sa vie" en dépend.
     
Chargement...