1. Visiteur, Vous avez une question sur l'Hypnose, Posez là sur le Forum

Rejeter la notice

Accédez librement à l'ensemble du forum de l'Hypnose + 30 000 Membres Vidéos, Mp3, Livres, Média, Liens et + encore...

EMDR et faux souvenirs induits

Discussion dans 'Le café de l'hypnose' créé par Fripon, 17 Avril 2012.

  1. Fripon

    Fripon Membre

    Inscrit:
    20 Décembre 2011
    Messages:
    36
    J'aime reçus:
    0
    Points:
    860
    Localité:
    Paris

    En tant qu'invité, vous n'avez pas accès à la totalité de cette conversation --> Enregistrez-Vous Maintenant

    Bonjour,

    Je réalise actuellement une thérapie EMDR (côté patient) avec une thérapeute EMDR (certifié EMDR France) dont je ne doute pas des compétences (j'ai déjà vu des rigolos donc je pense savoir ce que c'est).

    Dans le processus EMDR, il y a une chose qui me dérange : il semble que cela soulève des "souvenirs" qui ne me rappellent rien. Je me demande s'il est possible que mon cerveau ait fait l'impasse sur ça.

    Mais il y a aussi la notion de "faux souvenir induit" qui m'inquiète.

    De plus mon souvenir ne me paraît pas vraiment cohérent, est-ce qu'il pourrait y a une part de fabriqué dans tout cela ?

    Je remercie d'avance pour les retours éclairés des personnes qui ont étudié l'EMDR ici :)
     
  2. surderien

    surderien Moderateur Membre de l'équipe

    Inscrit:
    16 Juillet 2008
    Messages:
    6100
    J'aime reçus:
    453
    Points:
    6680
    Localité:
    Suscinio 56
    Intéressant !

    Sur le plan du fonctionnement de la mémoire, un vrai souvenir çà existerait vraiment ?

    Un "événement" passé est démonté et mis en réserve en différents éléments dans des régions différentes du cerveau

    si on réactive le souvenir, il se reconstruit par un mode inverse

    le temps faisant, des erreurs de réassemblages sont possibles...vieillissement du cerveau... renouvellement des zones de stockage...

    un souvenir ancien est forcément modifié, amputé ou enjolivé

    la technique EMDR fait "remonter" des souvenirs mais n'apporte pas la garantie d'un souvenir "strictement" original

    A suivre...

    8)
     
  3. Leo Lavoie

    Leo Lavoie Membre

    Inscrit:
    7 Janvier 2009
    Messages:
    2269
    J'aime reçus:
    5
    Points:
    2330
    Localité:
    Montréal Québec
    De façon très générale les faux souvenirs ne viennent que s'ils sont été suggérés. Parfois il ne le sont que subtilement ou partiellement par un thérapeute incompétent ou maladroit ou peut-être distrait.

    En EMDR en général, il n'y a pas de suggestion alors les souvenirs pourraient être vrais. Mais personne ne le saura jamais vraiment à moins que vous puissiez confirmer avec une autre personne qui aura vécu la même expérience faisant l'objet de ce souvenir.

    Je vous conseille de ne pas vous attarder aux souvenirs mais de voir si les effets sont concluants avec votre cas.
     
  4. Ivan Schmitt

    Ivan Schmitt Membre

    Inscrit:
    27 Mai 2011
    Messages:
    794
    J'aime reçus:
    3
    Points:
    1550
    Localité:
    Strasbourg
    Lorsqu'on a affaire à un problème médico-légal, habituellement, l'on conseille plutôt l'EMDR après, qu'avant... ce n'est pas sans raison.
    De là à dire que le souvenir qui remonte n'est pas le bon... c'est moins facile à dire. Ce qui semble plutôt avéré, c'est que le souvenir se modifie lors d'une séance EMDR.

    Personnellement, j'utilisais une technique de stimulation alternée assez différente de l'EMDR ; elle provoquait plus de confusion, générait de l'anxiété et tournait autour du trauma qu'il s'agissait de déterrer... trauma dont je présupposais ne rien connaitre, d'ailleurs. Habituellement, il me fallait deux heures pour provoquer une levée du trauma (pourquoi, j'en sais rien, c'est juste un constat !), et une totale et définitive disparition du symptôme. C'était assez différent de ce que propose la technique officielle, parce que, finalement, je tournais autour du pot, et autour du problème pour lequel on venait me voir... jusqu'à établir un rapport avec le trauma sous-jacent. Le résultat était aussi plus spectaculaire, parce que la personne avait fréquemment le sentiment d'une véritable prise de conscience, un "ça y est, c'est ça, j'ai compris !! Youpi !!!"... bref, une véritable illumination !

    Mais le trauma, quant à lui, avait peu de sens. La plupart des gens m'ont dit qu'ils avaient compris quelque chose, qu'ils pouvaient mettre en mots, mais qu'ils ne pensaient pas si important... pas si perturbant... même si ça changeait effectivement leur vie dans l'après coup.

    L'EMDR a certainement encore quelques secrets à livrer et la notion de traumatisme également...
    Bandler, disait que le passé n'existe pas et que le cerveau fait toujours une relecture au présent : mais alors pourquoi chercher dans le passé (comme le préconise certaines techniques PNL) ?
    Il en va de même pour les traumatismes levés par la psychanalyse : bien souvent, on m'a dit : mais je sais ce qui m'a traumatisé ! Je n'ai pas refoulé ! En réalité, il y avait bien quelque chose de refoulé qui permettait d'aller mieux... mais ce quelque chose semblait peu important, au regard du reste.

    Le passé, à mon avis, est un vrai problème pour le cerveau. Enfin, en tout cas, pour le mien ! ;-)
     
  5. katia (zoulouk)

    katia (zoulouk) Membre

    Inscrit:
    22 Avril 2009
    Messages:
    3091
    J'aime reçus:
    2
    Points:
    2320
    Tu veux dire Ivan, que ce qui est refoulé c'est ce qui permet d'aller bien quand ça va mal ?

    En d'autres termes une hyperconcentration sur ce qui est négatif dans la situation vécue comme traumatisante ?

    J'en reviens est ce l'évènement qui est traumatisant ou ce qu'on en fait ?

    Quel est le problème du passé pour le cerveau ?
     
  6. Leo Lavoie

    Leo Lavoie Membre

    Inscrit:
    7 Janvier 2009
    Messages:
    2269
    J'aime reçus:
    5
    Points:
    2330
    Localité:
    Montréal Québec
    Les thérapies font fausse route à mon avis si l'on ne revoit pas le passé dans la perspective qu'il n'existe pas. C'est à dire de finir par comprendre que le passé n'est plus là. L'idéal serait de comprendre cela directement mais c'est plutôt rare. L'on va exhumer le passé pour "aller chercher" la partie du patient qui croit y être pris et ne sais même pas comment l'exprimer

    Alors la psychanalyse, la vraie curative, est une façon de rejouer dans le passé pour anéantir cette illusion de pouvoir qu'il aurait sur nous. C'est comme cela que je pratique et c'est de plus en plus clair avec la spiritualité. Tout cela s'applique avec l'hypnothérapie aussi bien sûr.

    De toutes façons, c'est toujours question de dissoudre des fausses croyances qui viennent du passé
     
  7. Leo Lavoie

    Leo Lavoie Membre

    Inscrit:
    7 Janvier 2009
    Messages:
    2269
    J'aime reçus:
    5
    Points:
    2330
    Localité:
    Montréal Québec
    Et ce que l'on refoule, nous le refoulons parce que l'on est convaincu (de façon souvent inconsciente dans l'enfance) que ce n'est que de cette façon que l'on pourra "survivre"

    Les conflits sont trop forts, trop présents et on n'est pas constitué pour les vivre alors on refoule. On le fait pour "aller mieux" en effet et on en paie un gros prix très souvent.
     
  8. surderien

    surderien Moderateur Membre de l'équipe

    Inscrit:
    16 Juillet 2008
    Messages:
    6100
    J'aime reçus:
    453
    Points:
    6680
    Localité:
    Suscinio 56
    Au départ le cerveau est apte à dissoudre les fausses croyances, n'en ayant pas...

    Dès que la fausse croyance de croire qu'il n'est plus apte à les dissoudre, la névrose est là est a pris toute la place !

    une fausse construction qui n'existe pas mais qui bloque alors toute possibilité de résolution.

    :roll:
     
  9. Ivan Schmitt

    Ivan Schmitt Membre

    Inscrit:
    27 Mai 2011
    Messages:
    794
    J'aime reçus:
    3
    Points:
    1550
    Localité:
    Strasbourg
    katia (zoulouk) a écrit :
    Tu veux dire Ivan, que ce qui est refoulé c'est ce qui permet d'aller bien quand ça va mal ?
    Oui, c'est du moins, plus ou moins, ce que disent les psychanalystes. C'est de cette manière que se construit le surmoi.

    En d'autres termes une hyperconcentration sur ce qui est négatif dans la situation vécue comme traumatisante ?
    Oui, c'est de cette manière que je le comprends (pour laisser de coté le discours psychanalytique). En termes de neurosciences, on exprime le problème au niveau du cerveau limbique, notamment de l'amygdale et de l'hippocampe, qui gèrent entre autres, la peur et le contexte de la peur. Lorsqu'une personne est victime d'un trauma, qui provoquera par exemple un PTSD, il semblerait qu'un petit circuit de neurones, au moment de l'enregistrement de l'information, contacte prioritairement l'amygdale et l’hippocampe, tout en désactivant le cortex frontal. Ce dernier, étant plus ou moins le siège de la décision, du raisonnement conscient, devient incapable de nuancer l'information enregistrée dans l'hippocampe et l'amygdale et tout se passe comme s'il était ensuite impossible de modifier l'information enregistrée (en gros, parce que la même alarme est déclenchée à chaque fois qu'on tente un nouvelle évocation de la situation traumatisante).
    Consciemment, effectivement, c'est comme une hyperconcentration sur ce qui est négatif... comme si on était happé par le trauma, quand bien même on arriverait plus à s'en souvenir explicitement.


    J'en reviens est ce l'évènement qui est traumatisant ou ce qu'on en fait ?
    Je pense les deux. L'évènement en soi et toutes les décisions qui en découlent ( exemple de décision : "il faut surtout être très prudent" ce qui favorise l'anxiété et le risque d'être mal à l'aise, et donc la survenue d'un nouveau problème associé. Bien souvent, il y a d'ailleurs plusieurs traumas qui petit à petit s’emboîtent le pas : cet accident de voiture me rappelle ma chute en bicyclette à l'age de 7 ans etc...

    Quel est le problème du passé pour le cerveau ?
    Comme le disait Léo : vu qu'il n'existe pas... quel sens a-t-il réellement ? Est-il présent ou pas ? Comment est-il enregistré ? Comment le cerveau distingue-t-il le passé du présent que nous vivons mentalement ?
     
  10. Intemporelle

    Intemporelle Invité

    Il y a des paradoxes dans ce message, vous avez une thérapeute avec des compétences EMDR dont vous ne doutez pas un seul instant, mais la suite laisse penser que finalement tout cela vous paraît bien étrange.

    Franchement, je ne comprends pas quels peuvent être ces souvenirs, puisque en thérapie on travaille sur un ressenti, donc un souvenir existe toujours, si celui-ci ne vous parle pas, c'est que c'est le thérapeute qui l'a induit mais qu'il ne vous appartient pas.

    Donc votre message est plus qu'intéressant, relisez le et notez le paradoxe dans votre message.


    PS : En thérapie on peut ne pas se souvenir d'une période traumatisante, aucun souvenir, mais le ressenti est là et c'est à partir des émotions que l'on travaille ; donc quand on parle de faux souvenirs, pour moi c'est aberrant, cela signifie que le thérapeute induit des souvenirs erronés qui ne parlent pas au client, c'est plutôt inquiétant...
     
Chargement...